/opinion/blogs/columnists
Navigation

Rouvrir les écoles?

Le premier ministre du Québec, François Legault
Photo Didier Debusschère Le premier ministre du Québec, François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce qu’on a perdu le nord, au gouvernement Legault? Quelques petits jours où le nombre de cas et de personnes aux soins intensifs semble se stabiliser, pis on jase déjà de l’éventualité de renvoyer les enfants à l’école avant le 4 mai? 

Est-ce que c’est moi qui ai raté un épisode de «Pandémie 2020»? On nous répète depuis trois jours qu’il ne faut pas, malgré des statistiques encourageantes, vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Or c’est exactement ce qu’est en train de faire l’équipe Legault en parlant de rouvrir les écoles. 

Je suis d’avis que même évoquer la possibilité de rouvrir certains établissements scolaires avant la fin de la période de confinement annoncée n’est pas tellement judicieux dans l’optique où l’on veut persuader la population de ne pas baisser sa garde. Il est beaucoup trop tôt pour se donner le go. La pognez-vous? 

J’écrivais dans ma chronique de ce matin que j’aurais un petit stress quand viendrait le temps de renvoyer mes enfants à l’école... l’année prochaine! Imaginez dans quelques jours, quelques semaines. 

Il est impensable, pour moi, de songer à envoyer mes enfants dans un camp de jour cet été, alors imaginez à l’école dans moins d’un mois. Et si je me fie au nombre de commentaires catastrophés de parents que je vois passer depuis tantôt dans les médias sociaux, je ne suis pas seule. 

Je veux bien croire qu’on veut retourner à nos vies, qu’on veut travailler et recommencer à faire rouler l’économie le plus rapidement possible. Il est en effet primordial qu’on songe à la santé économique du Québec, mais pas au détriment de sa population. Nos enfants, les enseignants et le personnel de soutien vont-ils servir de cobayes? Monsieur le premier ministre, éclairez-moi.