/news/society
Navigation

Confinement: recrudescence des fraudes en ligne

Paiement en ligne par carte de crédit
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début du confinement, les achats en ligne ont explosé au Québec comme ailleurs, ce qui a contribué à faire augmenter le nombre de fraudes. Pour éviter les mauvaises surprises, les experts appellent à la prudence.  

«Tout ce qui a l’air trop beau, comme les super rabais, devrait éveiller des soupçons», affirme Samuel Bonneau, président de Fortica.   

Le spécialiste en cybersécurité constate une recrudescence des arnaques sur les réseaux sociaux qu’il est difficile de chiffrer pour le moment.   

Depuis le début de la crise, de plus en plus de personnes magasinent en ligne. Les offres commerciales abondent sur les sites comme Facebook.   

Le CEFRIO rapporte que 28 % des adultes utilisateurs d’internet ont changé leurs habitudes d’achat en ligne avec l’arrivée de la COVID-19.   

«Par rapport au commerce en ligne, il faut être extrêmement prudent», prévient M. Bonneau.   

Vigilance  

Les cyberfraudeurs n’hésitent pas, selon lui, à créer de fausses façades en utilisant des logos officiels d’entreprises reconnues pour obtenir un numéro de carte de crédit.   

«Il faut être vigilant pour détecter s’il y a des indices de fraude. Parfois, il peut y avoir des coquilles ou des erreurs de traduction», poursuit-il.     

L’experte en commerce électronique Michelle Blanc suggère pour sa part d’éviter d’acheter sur Facebook.   

«Méfiez-vous des promesses miraculeuses. On voit sur Facebook des publicités mirobolantes qui vendent des produits que tout le monde veut à un prix vraiment dérisoire. Le problème, c’est qu’une fois que vous avez donné votre carte de crédit, ils vont vous envoyer une cochonnerie qui coûte 50 cents au lieu de quelque chose qui vaut 150 $», ajoute Mme Blanc.   

«Ce n’est pas un phénomène nouveau, mais comme on passe plus de temps à l’écran, on les remarque plus. C’est une plaie de Facebook. Ce n’est pas du commerce électronique, c’est de l’arnaque pure et simple», ajoute-t-elle.   

«Si vous achetez sur le site de IGA ou Metro, il n’y en aura pas de problème», rassure-t-elle toutefois.   

Tendance à long terme  

Selon le CEFRIO, si cette crise perdure, 60 % des adultes utilisateurs d’internet ont l’intention de faire davantage d’achats en ligne pour des produits de consommation courante. Chez les 18 à 34 ans, cette proportion grimpe à 74 %.   

En 2019, le total des achats en ligne par les adultes au Québec s’est élevé à 12,4 G$, une hausse de 19 % comparativement à 2018.