/news/coronavirus
Navigation

CHSLD Herron: l’avocat Jean-Pierre Ménard blâme le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île

CHSLD Herron: l’avocat Jean-Pierre Ménard blâme le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île
PASCALE LÉVESQUE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – L’avocat Jean-Pierre Ménard, ardent défenseur des droits des patients, accuse le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal de ne pas avoir rempli son rôle de surveillance dans l’horrible histoire du CHSLD Herron, de Dorval, et considère que seule une enquête du coroner pourra faire la lumière dans ce dossier.

• À lire aussi: CHSLD Herron: deux rapports dans les dernières années

• À lire aussi: CHSLD Herron: l’horreur pour les familles

• À lire aussi: 31 morts au CHSLD Herron: De la «grosse négligence», dit François Legault

Dans un communiqué exposant sa position, Me Ménard rappelle qu’il dénonce depuis plusieurs années «les pratiques de maltraitance institutionnelle envers les aînés dans les CHSLD au Québec».

«Dans le cas du CHSLD Herron, une entente régionale de services était conclue avec le CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal, explique-t-il. Cet établissement y achetait donc des places pour envoyer des personnes en attente d'hébergement dans le système public afin de libérer des lits d'hôpitaux. L'horrible situation qui vient au jour à présent démontre que le CIUSSS n'a pas rempli son rôle de surveillance et qu'il n'a démontré aucune préoccupation quant au bien-être des usagers envoyés vers ce CHSLD.»

Selon lui, le CIUSSS a été laxiste ces dernières années envers le CHSLD Herron, ne formulant au fil des ans aucune recommandation utile quant à l’amélioration des services.

«Nous apprenons à présent que le CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal avait déjà des préoccupations avant la pandémie quant aux qualifications du personnel et quant au manque de personnel. Malgré tout, la surveillance et l'encadrement de cet établissement étaient à ce point déficients que 20 % des résidents sont décédés dans les trois premières semaines de la pandémie sans que le CIUSSS n'en ait même connaissance.»

L’avocat soutient qu’«une enquête publique du coroner est le seul moyen de savoir ce qu'il s'est réellement passé dans cet établissement».