/news/society
Navigation

Une première rencontre émouvante pour papi Rémy

Il a seulement pu voir Noé, son 11e petit-fils, à travers une porte-fenêtre

claudie morin JOURNAL DU CONFINÉ
Photo courtoisie, Louiselle Fortin Rémy Morin a fait la connaissance de son 11e petit-fils, Noé, à travers la porte-fenêtre de la résidence de sa fille Claudie.

Coup d'oeil sur cet article

Avec le confinement qui a chamboulé leur vie, les Québécois doivent faire preuve de débrouillardise. Nos lecteurs témoignent ici de leur nouveau quotidien, rempli de défis, mais aussi d’opportunités.


Lueur d’espoir en ces temps difficiles de distanciation sociale, la photo de la première rencontre du petit Noé avec son grand-papa Rémy, à travers une porte-fenêtre, a ému des dizaines de milliers d’internautes.

« Magnifique et triste à la fois ». « Très touchant ». « Bon courage, ça va bien aller ». « Les larmes me montent aux yeux. »

Plus de 26 000 personnes ont vu la photo mise sur les réseaux sociaux par Louiselle Fortin et des milliers l’ont partagée, à la grande surprise de la dame de 63 ans.

« J’ai fait un maudit saut ! On ne faisait pas ça pour être populaire. J’ai pris quelques photos pour que le bébé se souvienne de la rencontre à travers la fenêtre », relate la grand-maman.

Sur le cliché, on voit son conjoint Rémy Morin, le regard rempli de tendresse, qui fait la connaissance de son 11e petit-enfant, blotti dans une couverture au creux des bras de sa maman, Claudie Morin.

Moment de bonheur

Symbole frappant de la distanciation sociale imposée par la pandémie de COVID-19, une porte-fenêtre sépare le grand-papa du petit Noé.

« J’étais tellement content de le voir, mais c’est sûr que c’était difficile », confie le retraité de 67 ans, encore ému par la situation.

L’idée de cette première rencontre pour le moins inusitée est venue des autres enfants de Mme Morin.

Noé étant le cinquième bambin de la famille de L’Ange-Gardien, près de Québec, ses grandes sœurs trouvaient très triste que leur grand-père ne puisse pas venir le voir dans les jours suivant sa naissance du 31 mars.

Soucieuse de respecter les consignes sanitaires, la famille a donc pensé à cette possibilité, qui permettait un contact « plus proche qu’un appel FaceTime ».

La maman de 31 ans se trouvait dans son salon tandis que le grand-papa est demeuré sur le balcon.

« Quand je me suis approchée de la fenêtre, je ne ressentais pas de tristesse ou de mélancolie. C’était juste de la fierté, comme d’habitude, de lui présenter son nouveau petit-fils », raconte Mme Morin, ajoutant que la « barrière de la fenêtre » enlevait certes un peu de chaleur.

La nostalgie est venue par la suite, en lisant les nombreux commentaires des internautes, qui semblent avoir trouvé un certain réconfort dans ce geste improvisé.

Bébé neuf

Et quand on demande à grand-papa Rémy ce qu’il fera lorsqu’il pourra enfin prendre Noé dans ses bras : « Je vais le coller et mettre sa petite tête dans mon cou »... en espérant qu’il sente encore le bébé neuf.