/news/provincial
Navigation

La réputation de Québec pourrait lui permettre de mieux rebondir dans le secteur touristique

tourisme
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Comme partout ailleurs, la pandémie risque de porter un coup fatal à des entreprises du secteur touristique à Québec, mais des acteurs du milieu croient que la Vieille Capitale sera en bonne position pour la relance en raison de sa réputation enviable.

Laurent Bourdeau, qui pilote la Chaire de recherche en tourisme à l’Université Laval, est à la fois inquiet à court terme sans l’être à moyen et long terme.

« Je côtoie des gens de l’industrie touristique et c’est dur sur le moral. Ça va faire mal — ça fait déjà mal —, mais je pense que l’industrie touristique va perdurer à Québec. Je sens une confiance parce que dans le tourisme, t’es condamné à innover. Il y a des acteurs qui vont sortir du marché pour des raisons économiques, malheureusement, mais il y en a d’autres qui vont passer à travers et il faudra les soutenir », expose-t-il en entrevue.

Impacts difficiles à chiffrer

« À Québec, l’industrie est forte. On a des têtes importantes dans l’hôtellerie et on a des gens qui ont des connaissances et des réseaux. J’ai des craintes cependant par rapport à des entreprises collaboratives [comme Airbnb]. Ça peut affecter négativement l’hébergement et il y a des choses sur lesquelles on va devoir être très vigilants », prévient-il.

« En ce moment, c’est dur de chiffrer les impacts. Il y aura éventuellement une relance, mais personne ne connaît la date. Si j’avais une boule de cristal, je serais riche », relativise le directeur des communications et du marketing à l’Office du tourisme de Québec, Éric Bilodeau.

« Dans quelques années, ça reviendra sûrement à la normale, mais avec des changements d’habitudes. Lesquels ? Je ne le sais pas. On ne veut pas trop spéculer sur le futur et embarquer dans les scénarios catastrophes », ajoute-t-il.

Retour des croisiéristes

L’industrie des croisières mettra également du temps à se relever. Mais quand les activités redémarreront et que la confiance des voyageurs reviendra, le PDG du Port de Québec, Mario Girard, croit que la Ville de Québec « va être capable de reprendre sa place », grâce à sa réputation. 

« Les bateaux de croisières vont d’abord devoir faire la démonstration qu’ils sont équipés pour faire face à une contagion comme on a vu. Mais la journée que ça va reprendre, je pense que Québec sera clairement avantagée parce que c’est une destination sûre. »