/investigations
Navigation

Europe & Amérique du Nord: on maltraite aussi les aînés ailleurs dans le monde

Coup d'oeil sur cet article

Les histoires d’horreur impliquant les personnes âgées et la COVID-19 se sont multipliées en Europe et en Amérique du Nord. 

• À lire aussi: «Je sens que nous les avons abandonnés»

• À lire aussi: Une infirmière infectée dit avoir vieilli de 10 ans

En Grande-Bretagne, on n’hésite pas maintenant à parler de catastrophe. Selon des chiffres publiés hier, on estime que 1000 personnes âgées sont mortes des suites de la pandémie dans les maisons de retraite du pays. 

Le quotidien britannique Daily Mail a qualifié la situation de « catastrophe » dans les résidences et centres de soins pour personnes âgées britanniques.
Capture écran, Daily Mail
Le quotidien britannique Daily Mail a qualifié la situation de « catastrophe » dans les résidences et centres de soins pour personnes âgées britanniques.

Manque de personnel, tests non disponibles, absence de mesures de protection ; les manquements observés ressemblent à ceux qu’on a connus au Québec. 

Leurs vies moins importantes 

Et comme ici, les commentateurs britanniques s’interrogent sur l’importance accordée par nos sociétés aux aînés. 

« [Les personnes âgées] sont abandonnées comme des agneaux à l’abattoir. On les laisse mourir parce que leur vie a moins de valeur que celle des plus jeunes », a souligné l’ancienne ministre conservatrice Ros Altmann, dans une chronique publiée hier dans le quotidien Daily Mail

Une étude dévoilée dimanche par la réputée London School of Economics estime que la moitié des morts attribuables à la COVID-19 dans les cinq pays européens les plus touchés pourraient s’être produites dans les foyers de personnes âgées. La proportion est semblable à celle qui a été constatée au Canada jusqu’à maintenant. 

Les États-Unis et le Québec ont aussi connu des vagues de morts dans les résidences pour aînés. 

D’un record à l’autre 

Dès le début de la pandémie, en février et en mars, le Life Care Center, en banlieue de Seattle, a été frappé par une série de 43 morts, ce qui laissait craindre le pire pour la suite des choses. 

Ce total macabre a été dépassé récemment dans un foyer de la banlieue de Richmond, en Virginie, où 45 morts ont été dénombrés dans les dernières semaines parmi les 160 résidents.  

Mal financé, le Canterbury Rehabilitation & Healthcare Center était un véritable foyer d’éclosion pour le virus, rapportent plusieurs médias, à cause de la promiscuité des résidents et du manque personnel. 

Plus près de chez nous, à Holyoke, au Massachusetts, 40 vétérans sont décédés récemment dans une maison de retraite en raison de la COVID-19. Comme au CHLSD Herron, à Dorval, une enquête policière a été déclenchée pour faire la lumière sur ces morts probablement évitables.