/news/society
Navigation

Des milliers de jeunes privés des camps des cadets

Coup d'oeil sur cet article

Toutes les activités entourant l’entraînement des cadets, incluant les camps d’été, ont été annulées par Ottawa.

Dans la région de Québec, des milliers de jeunes passent une partie de la période estivale à la base militaire de Valcartier ou à Bagotville, au Saguenay.

Depuis le début de son histoire, le Centre d’instruction d’été des cadets de Valcartier organise une foule d’activités pour les adolescents de 12 à 18 ans. 

En 2019, ils étaient près de 1700 à Bagotville pour des séjours de deux, trois et même six semaines. Au nord de Québec, l’École secondaire Mont-Saint-Sacrement devient aussi un camp de musique.

Ailleurs au Québec, des cours sont aussi donnés à Saint-Jean-sur-Richelieu. À travers le pays, les retombées de ces activités d’été sont très importantes pour les secteurs touchés.

La sécurité

La décision d’annuler les activités a été prise afin d’assurer la sécurité de tous en cette période de pandémie.

Les Forces canadiennes veulent éviter de devenir un vecteur supplémentaire de propagation de la COVID-19. On souhaite également que les ressources médicales et les installations puissent être disponibles pour aider la population.

Le commandant du Groupe de soutien national aux cadets et aux Rangers juniors canadiens (RJC) a pris la décision d’annuler toutes les activités en personne liées aux programmes des cadets et des RJC jusqu’au 31 août 2020. 

La liste comprend l’entraînement local, les activités et voyages des corps et escadrons, l’entraînement estival des cadets, la formation en classe des officiers du Cadre des instructeurs de cadets et, en coordination avec l’Armée canadienne, les sessions intensives d’entraînement des RJC.

Les cadets et les RJC ne seront pas pénalisés pour avoir manqué le reste de l’année d’entraînement 2019-2020.