/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: les soignants devraient dormir dans les CHSLD

gériatrie France COVID-19
Photo courtoisie Le médecin français, Olivier Guérin

Coup d'oeil sur cet article

Un spécialiste français de la médecine pour aînés croit qu’il serait mieux que le personnel soignant des centres d’hébergement de soins de longue durée non touchés par la COVID-19 ne sorte plus de ces établissements.  

« Je ne pense pas qu’on puisse l’imposer, mais c’est la meilleure solution qu’on peut observer jusqu’à présent », explique le Dr Olivier Guérin, président de la Société française de gériatrie et gérontologie.  

La France est aussi fortement touchée par la pandémie de coronavirus qui sévit dans le monde. Le virus y est arrivé environ trois semaines avant le Québec.  

Tout comme ici où les centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) sont au cœur de la crise, les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) français sont durement touchés.  

Bien que ce ne soit pas une obligation, plusieurs employés d’EHPAD ont décidé de dormir sur leur lieu de travail.  

À l’hôtel  

« Autant que possible, nous essayons que le personnel soignant dorme à l’intérieur des établissements pour que seules les livraisons puissent entrer. Si ce n’est pas possible, on tente de loger les soignants à proximité, dans un hôtel », précise le Dr Guérin qui travaille au Centre hospitalier universitaire de Nice.  

« Nous tentons maintenant de travailler en vase clos le plus possible dans les établissements et on remarque qu’en général le virus circule plus dans la population que dans les maisons de retraite depuis un certain temps », poursuit-il.  

Invitation de Legault  

Au Québec, le premier ministre François Legault a invité le personnel soignant des résidences pour aînés qui le désire à dormir à l’hôtel aux frais de l’État pour éviter la contamination à la maison.  

Jeudi, le ministère de la Santé a indiqué n’avoir aucune donnée concernant le nombre d’employés qui a répondu à la demande et a indiqué au Journal qu’il faudrait contacter chaque établissement pour avoir l’information.