/finance/business
Navigation

COVID-19: l'avenir est «incertain» pour plusieurs brasseries

Coronavirus - Covid-19
Photo Martin Chevalier Le PDG de l’entreprise Les Brasseurs du Nord/Bière Boréale, Sébastien Paradis.

Coup d'oeil sur cet article

Ça joue du coude dans l’industrie de la bière au Québec. Le nombre de brasseries a doublé depuis 2014, alors que les ventes ont reculé de 2,9 %. En raison de la COVID-19, l’avenir est incertain pour plusieurs.  

• À lire aussi: COVID-19: des médecins en renfort dans les CHSLD... à 211$/h  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie  

Selon Bière Canada, qui a dévoilé hier sa mise à jour des tendances de l’industrie, la fermeture des bars et des restaurants en raison de la pandémie minera les finances des brasseries. L’annulation des festivals et des événements sportifs aura aussi un impact dans leur portefeuille.     

«Personne ne voit cela d’un bon œil. Les compagnies espèrent que cela reprenne à l’été», indique Marie-Ève Myrand, directrice générale de l’Association des microbrasseries du Québec (AMBQ).    

«C’est sûr qu’on craint des fermetures. On ne veut pas y penser, mais on ne peut pas exclure cette possibilité», poursuit-elle.   

En l’espace de six ans, le nombre d’entreprises brassant des affaires dans le domaine du houblon au Québec est passé de 120 à 240, ce qui a accentué la bataille pour les parts de marché, alors que les ventes ont diminué.    

Par ailleurs, en plus de la fermeture des restaurants, les brasseries pourraient bientôt devoir jongler avec un manque de bouteilles en raison de la mise sur «pause» de la collecte dans les épiceries et les dépanneurs.   

La vente de bières domestiques est en perte de vitesse depuis 2014 (-8 %), et les bières importées comme la Corona gagnent en popularité (32 %), selon Bière Canada qui réclame pour aider son industrie l'annulation de la hausse de 1,9 % de la taxe d'accise fédérale et le report des paiements.

L’enjeu des bouteilles  

À la fin mars, en raison de la forte demande, le fondateur de Sleeman Breweries, John Sleeman, avait dit au Financial Post qu’il n’avait «pas assez de bouteilles pour faire fonctionner ses usines à des niveaux normaux».   

Selon le directeur général de l’Association des brasseurs du Québec, Patrice Léger Bourgoin, le manque de bouteilles pourrait effectivement devenir un enjeu au Québec à la mi-mai si la collecte ne reprend pas. Il est d’avis que les canettes pourraient toutefois, au besoin, répondre à la demande.    

«C’est certain que les microbrasseries sont plus exposées à un manque de bouteilles en raison de leur inventaire», répond M. Léger Bourgoin.    

«On peux fabriquer plus de bouteilles, mais il faut penser au retour à la normale lors de la reprise des activités. Le volume excédentaire ne sera pas gérable. Il y a aussi l’enjeu de la fabrication avec de la matière recyclée», poursuit-il.

Ce dernier a d’ailleurs eu des discussions sur ce sujet avec des associations de détaillants et de supermarchés au cours des derniers jours afin de trouver une solution pour approvisionner les brasseries.

Récemment, le PDG de l’entreprise Les Brasseurs du Nord/Bière Boréale ne cachait pas son inquiétude au sujet de l’approvisionnement des bouteilles.   

«Nous nous sommes fait dire que nos commandes d’avril allaient être honorées. Après, il ne pouvait rien confirmer», raconte Sébastien Paradis.

L’AMBQ est aussi préoccupée par cette situation.

Déménagement

Mercredi, l’entreprise Molson Coors n’a pas voulu dire si l’arrêt des chantiers allait avoir un impact sur l’échéancier pour la construction et le déménagement de ses installations à Longueuil. La nouvelle usine devait démarrer en 2021.

«C’est une situation qui est hors de notre contrôle. Nous suivons les directives gouvernementales et nous continuerons de suivre l’évolution de la situation de près», a répondu dans un courriel la porte-parole, Maria Henriquez.

Nombre de brasseries au Québec  

2014 : 120  

2015 : 140  

2016 : 163  

2017 : 190  

2018 : 210  

2019 : 240  

Source : Bière Canada