/news/coronavirus
Navigation

Gérer la Boutique STM... et importer des masques chirurgicaux

Gérer la Boutique STM... et importer des masques chirurgicaux
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Grâce à son réseau de contacts en Chine, une compagnie montréalaise a réussi à livrer des masques chirurgicaux à de nombreux clients, dont la Société de transport de Montréal (STM), avant que la demande mondiale explose. 

À la mi-janvier, le président du Groupe Motivo, qui gère notamment la colorée boutique de produits promotionnels de la STM, a reçu un appel de son partenaire chinois, qui lui suggérait de se lancer dans l'importation de masques. La Chine était alors l'épicentre de l'épidémie de la COVID-19. 

«Je n’aurais jamais pensé il y a quatre mois que j'allais faire de l'importation de masques un jour», lance au bout du fil Luigi Vendittelli, qu’on connaît déjà pour les modèles réduits d’autobus ou les tasses à thématique de stations de métro qu’il vend en ligne et dans sa boutique d’Ahuntsic. 

Aujourd’hui, entre 150 000 et 200 000 masques sont produits chaque jour pour le Groupe Motivo dans une des 29 manufactures chinoises ayant reçu l’accréditation de son gouvernement pour la production de masques chirurgicaux. 

«Le plus gros obstacle, c'est l'attente de dédouanement et la confirmation de l'exportation. Par exemple, on a 500 000 masques destinés au Groupe Jean Coutu actuellement bloqués en Inde en raison du lockdown», explique M. Vendittelli. 

Intérêt de la STM

Les pharmacies sont ses principaux clients, mais la STM a aussi fait appel à ses services : 200 000 masques ont été livrés au transporteur. 

«Ce matériel est distribué graduellement aux employés qui ont un contact prolongé et étroit avec les clients ainsi qu’à nos employés qui pourraient avoir à intervenir auprès d’un client atteint de la COVID-19», confirme le porte-parole de la STM Philippe Déry. 

Les chauffeurs du transport adapté se font notamment fournir des masques, puisqu’ils côtoient la clientèle de très près, en les aidant notamment à monter à bord des véhicules.

Trois semaines sans nouvelles de Santé Canada

Le Groupe Motivo a dû attendre trois semaines avant d'avoir un retour de Santé Canada concernant un formulaire d'attestation. Or, vu la situation exceptionnelle causée par la pandémie, cette demande devrait pouvoir être traitée en dedans de 24 heures, selon le ministère lui-même.

Le document permet de certifier la sécurité, l'efficacité et la qualité du matériel médical importé et distribué au pays, comme les masques qu’importe actuellement l’entreprise montréalaise (voir autre texte).

Après de nombreuses relances, le Groupe Motivo a finalement eu des nouvelles du ministère fédéral jeudi, signe que le document est en traitement. Toutefois, la demande d'attestation formulée il y a plusieurs semaines n'a toujours pas été approuvée.

Le président de la compagnie, Luigi Vendittelli, s'est dit extrêmement déçu du manque de communication de Santé Canada. «Ça fait quatre fois depuis le 23 mars que je tente de les contacter. Le délai de traitement est [supposé être] de 24 heures», déplore l'homme d'affaires.

Cela n’empêche toutefois pas l’importation et la distribution des masques; la pénurie est telle que les entreprises n'ont plus besoin de posséder la licence.

Le ministère fédéral indique pourtant sur son site internet procéder à l'examen des demandes de licence d'établissement pour les instruments médicaux dans les 24 heures suivant leur réception, une procédure accélérée justement en raison de la pandémie.

Malgré des demandes répétées, Santé Canada n'avait toujours pas répondu aux demandes du 24 Heures en fin de soirée jeudi.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres