/news/coronavirus
Navigation

Un ramadan qui s’annonce «difficile» pour la communauté musulmane de Québec

commemoration attentat mosquee
Photo d'archives, Simon Clark Boufeldja Benabdallah, CCIQ

Coup d'oeil sur cet article

La communauté musulmane de Québec entamera bientôt un mois du ramadan qui s’annonce « extrêmement difficile », selon Boufeldja Benabdallah, cofondateur et président sortant du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ).  

Pour les pratiquants, ce mois est habituellement synonyme de jeûne et de prières nocturnes dans les mosquées.   

De façon plus générale, il s’agit également – en temps normal – d’une occasion de socialiser et de multiplier les visites familiales et amicales.   

«Que l’on soit privés de nos amis, de nos frères, de nos sœurs et de nos rassemblements de prières, on n’a jamais eu ça. C’est douloureux. Il ne faut pas se le cacher. Ce sera extrêmement difficile cette année», convient M. Benabdallah.  

Paradoxalement, «les gens se sentent bien, nuance-t-il immédiatement. C’est une contribution et un geste [le respect du confinement] qui est indiqué par l’enseignement de Dieu à l’effet qu’on veut le bien pour soi et pour tout le monde. Il n’y a pas de place à l’égoïsme dans ça».  

Les 5 mosquées fermées  

M. Benabdallah insiste sur l’importance, pour la communauté musulmane, de se conformer aux directives de la santé publique.   

«Le gouvernement a des dizaines de spécialistes derrière lui. Il fait des annonces bien réfléchies. Nous ne pouvons pas nous mettre à la place du gouvernement pour décider», réitère-t-il.  

La décision de fermer les cinq mosquées de Québec a d’ailleurs été prise dès le vendredi 13 mars.   

Par mesure de précaution, les travaux qui sont en cours à la grande mosquée, sur le chemin Sainte-Foy, ont été rapidement suspendus.   

Le président sortant du CCIQ garde tout de même espoir.   

«Tout le monde souhaite que ça se termine demain, quasiment, avance-t-il. On souhaite que ça se termine avant vendredi prochain, mais il faut qu’on soit en phase avec la société. Ce n’est pas par égoïsme qu’on le dit.»  

Le ramadan débutera le vendredi 24 ou le samedi 25 avril.   

Pendant un mois, les musulmans pratiquants ne pourront ni boire ni manger de l'aube jusqu'au coucher du soleil.