/lifestyle/techno
Navigation

Au-delà du Monopoly

Coup d'oeil sur cet article

Le Monopoly est une véritable institution, mais contrairement à bien des institutions, il n’a pas été assez souvent dépoussiéré.

Il y a bien entendu eu de multitudes de déclinaisons au fil des décennies, celle ayant Fortnite pour thème en est bien la preuve.

Il n’en demeure pas moins que le jeu n’a pas particulièrement bien vieilli même s’il demeure un classique dans bien des familles où les règles sont d’ailleurs bien élastiques. D’ailleurs, qui connaît vraiment l’intégralité des règles du jeu de plateau le plus connu au monde ?

Son principal défaut réside dans la trop grande importance de la chance pour en décider l’issue. Deux ou trois mauvais jets de dés et le sort de la partie est scellé. On va ensuite jouer deux heures tout en sachant que la faillite est inéluctable. Difficile d’y trouver du plaisir. Allons donc voir s’il y a des options plus modernes en extrapolant évidemment le style du jeu.

Mafiozoo

Photo courtoisie
  • 2 à 4 joueurs
  • 12 ans +
  • 60 minutes
Photo courtoisie

On se trouve devant un grand et magnifique plateau qui n’a rien à voir avec celui du Monopoly, mais l’esprit demeure très économique. Les joueurs sont des mafiosos qui tentent de devenir de gros bonnets de l’organisation de Momo en exerçant de l’influence sur différents acteurs de la ville, tous proches du Parrain, qui sont tous reliés ensemble par un fil rouge, un peu comme sur un mur d’enquête comme on en voit sans les séries policières. Dans un premier temps, ils vont utiliser des gemmes pour obtenir des faveurs qui vont ensuite leur permettre d’exercer de l’influence dans divers secteurs de la ville pour ainsi amasser des points. Le jeu est tout simplement magnifique dans son matériel et dans sa présentation où on a misé avec succès sur l’anthropomorphisme pour offrir un nouvel habillage au jeu Louis XIV paru en 2005. Il s’agit d’un jeu de majorité qui peut sembler complexe, mais qui est finalement très simple. Deux phases par tour, une première où l’on soudoie pour autant que l’on gère bien ses gemmes, et une seconde où l’on étend son influence sur les quartiers de la ville. Dans un cas comme dans l’autre, notre doigtée nous permettra d’être plus efficaces et de grimper les échelons dans la « famiglia ».

Raids

Photo courtoisie
  • 2-4 joueurs
  • 10 ans +
  • 40 minutes
Photo courtoisie

On le concède, le jeu a peu à voir avec le Monopoly si ce n’est qu’on fait le tour d’un parcours tracé sur le plateau. Mais c’est un bon point de départ pour initier les enfants à l’importance de bien choisir ses mouvements sur une piste de jeu. Parce qu’ici, les joueurs sont des Vikings à bord de leur drakkar et doivent réaliser un tour de plateau pour amasser de l’équipage, de l’armement, des boucliers de défense et des runes tout en affrontant ou en évitant de créatures mythiques. Tout le monde a des membres d’équipage et une capacité qui va varier à bord du Drakkar selon les tuiles qui seront amassées en cours de route. Particularité intéressante, c’est toujours le dernier joueur qui joue en premier et il doit aller se positionner au moins devant le joueur qui le précède. Les choix sont donc importants puisqu’une case convoitée risque de ne plus être disponible lors de son tour. Le jeu se déroule sur quatre phases et le joueur ayant cumulé le plus de points l’emportera. Un jeu très simple doté d’un joli matériel, dont de vraies pièces de monnaie en métal. Une belle introduction pour les enfants de six ans et plus.

Clans of Caledonia

Photo courtoisie
  • 1 à 4 joueurs
  • 14 ans +
  • 30 minutes par joueur
Photo courtoisie

On entre en plein dans le cœur de l’économie. On se retrouve dans l’Écosse du 19e siècle qui est en pleine mutation industrielle et économique. Vous allez ici produire du coton, élever des moutons et distiller du whisky, la boisson de choix en Écosse. Chaque joueur va représenter un clan qui a des visées grandioses et des capacités uniques, de sorte qu’il y a une asymétrie agréable dans le jeu. Ainsi, chaque partie aura une saveur différente si un joueur change de clan chaque fois. Au fil des cinq rondes, il faudra étendre son territoire tout en profitant de bonis de voisinage. Le jeu tiendra également compte de l’offre et de la demande, de sorte que les prix vont fluctuer lors d’achats et de ventes. Chaque ronde va durer aussi longtemps que les joueurs auront de l’argent à dépenser. À son tour, le joueur peut faire une des huit actions possibles, il y a donc beaucoup de choix. On parle ici d’un jeu plus costaud qu’on n’appréhende pas tout de suite quand on recommence à jouer. Il y a une très belle courbe d’apprentissage. On joue sur des tuiles qui se collent les unes aux autres et 16 configurations sont possibles, ce qui est un gros plus. Un beau jeu pour se gratter le coco.