/finance/business
Navigation

Aide fédérale: de l’aide pour des firmes qui se servent des paradis fiscaux?

Aide fédérale: de l’aide pour des firmes qui se servent des paradis fiscaux?
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Des compagnies canadiennes actives dans les paradis fiscaux ne sont pas exclues des 73 milliards $ en programmes d’aide financière aux entreprises offerts par le gouvernement Trudeau en raison de la COVID-19. 

• À lire aussi: Gigantesque déficit fédéral envisagé en 2020-2021  

• À lire aussi: Compagnies canadiennes & COVID-19 : sans aide additionnelle, ce sera l’hécatombe  

Justin Trudeau ne semble pas enclin à suivre le Danemark et la Pologne, qui ont annoncé qu’ils n’accorderaient aucune aide post-pandémie aux sociétés qui font de l’évitement ou de l’évasion fiscale.

Si, en Pologne, le premier ministre Mateusz Morawiecki a clairement indiqué que les 25 milliards de zlotys (un peu moins de 8,5 milliards de dollars canadiens) alloués en aide d’urgence iront uniquement aux entreprises qui « paient des impôts en Pologne, pas dans les paradis fiscaux », Justin Trudeau a tenu un tout autre discours, mardi.

Interrogé à savoir s’il pouvait garantir que les 73 milliards $ d’Ottawa n’aboutiraient pas dans des paradis fiscaux, le premier ministre a esquivé la question. « On ne veut pas juger si un travailleur travaille pour une petite quincaillerie indépendante ou pour une grosse chaîne internationale de quincaillerie », a dit M. Trudeau.

Rizqy piquée au vif

Cette déclaration a piqué au vif la fiscaliste et députée provinciale Marwah Rizqy. « Pas de courage, pas de leadership, mais surtout, lorsqu’on “évade” une question sur la fiscalité et l’évasion fiscale, on devient complice de ces entreprises », a lancé l’ex-candidate du parti de Justin Trudeau. La députée du PLQ a aussi vivement critiqué la ministre de la Prospérité de la classe moyenne, Mona Fortier, qui a elle aussi évité de répondre à cette question lundi. 

L’évitement et l’évasion fiscale sont des problèmes majeurs pour les États, qui voient ainsi des sommes colossales leur échapper. Selon l’organisme européen Fair Tax Mark, à elles seules, Amazon, Facebook, Google, Netflix, Apple et Microsoft ont « évité de manière agressive » 100 milliards $ US (près de 142 G$ CA) en impôt de 2010 à 2019.