/investigations/health
Navigation

Structure du réseau de la santé: «c’est trop gros, c’est pas gérable»

Elle est si imposante qu’elle empêche de venir rapidement en aide aux CHSLD

Structure du réseau de la santé: «c’est trop gros, c’est pas gérable»
Illustration YGRECK

Coup d'oeil sur cet article

La gestion du réseau de la santé est devenue si lourde et complexe qu’on peine à répondre à l’urgence dans les CHSLD, où meurent des dizaines de personnes par jour.  

• À lire aussi: Un monstre bureaucratique qu’on appelle un CIUSSS  

• À lire aussi: Nos CHSLD sont paralysés par la lourdeur bureaucratique  

• À lire aussi: La réforme Barrette a eu un impact négatif sur la santé publique  

• À lire aussi: 6 fois où le message ne s’est pas rendu  

La crise de la COVID-19 dans les centres d’hébergement au cours des dernières semaines a fait ressortir les lacunes dans la gestion des superstructures, les CISSS et les CIUSSS, mises en place en 2015.            

« C’est bien trop gros, ce n’est pas gérable. Il faut être beaucoup plus près du patient », dit Anne-Marie Chiquette de l’APER, une association de cadres du réseau de la santé.         

  • Le journaliste Éric Yvan Lemay est revenu sur le dossier à l'émission Dutrizac, sur QUB Radio:   

Le plus gros CIUSSS, celui de l’Estrie, compte pas moins de 19 000 employés et gère 34 CHSLD publics et privés.  

  • Écoutez Jonthan Trudeau à QUB Radio qui explique à quel point c'est lourd la structure du réseau de la santé:

           

La structure est si imposante que Québec peine à savoir ce qui se passe exactement dans les CHSLD.            

Le CHSLD Grace Dart (photo) est un bon exemple du fouillis administratif. Il relève du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, même s’il se trouve tout près de l’Hôpital Maisonneuve-­Rosemont, qui fait partie du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.
Capture d'écran, TVA Nouvelles
Le CHSLD Grace Dart (photo) est un bon exemple du fouillis administratif. Il relève du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, même s’il se trouve tout près de l’Hôpital Maisonneuve-­Rosemont, qui fait partie du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

« C’est monstrueux. Ça rend les choses extrêmement lentes », dénonce Marie-Sophie L’Heureux, ex-infirmière et rédactrice en chef de Santé inc.             

Celle qui a décidé de prêter main-forte dans la lutte à la COVID-19 estime que le réseau de la santé a été trop centralisé avec les réformes successives menées par les ex-ministres libéraux Philippe Couillard et Gaétan Barrette.             

Pas facile à expliquer...  

Hier, en point de presse, François Legault a illustré la complexité du réseau qui peine à envoyer des travailleurs dans les CHSLD.            

  

François Legault
Photo Simon Clark
François Legault

  

« Ce qu’il faut comprendre, c’est que notre réseau est divisé en six CIUSSS, là, qu’au Québec, il y a des CISSS puis des CIUSSS, O.K. ? Donc, ça dépend des régions. C’est plus compliqué à Montréal parce qu’il y en a plusieurs, il y a des CHU, en plus [...]. Le bout plus difficile, c’est quand on prend, mettons, le CHU Sainte-Justine [...], qui a des médecins disponibles, on les envoie dans quel CISSS, dans quel CHSLD? C’est là que ça devient complexe », a-t-il affirmé.            

Il s’est repris plus tard en atténuant l’impact de la structure. « Moi, je ne pense pas que le problème important, là, c’est la lourdeur de la machine », a-t-il dit.            

Le Journal a tout de même recensé, au cours des dernières semaines, plusieurs cas où la communication semblait difficile entre le gouvernement et des intervenants dans le réseau de la santé.            

En 2016, alors qu’il était dans l’opposition, François Legault s’était même joint à l’ex-maire de Drummondville et actuel candidat à la chefferie libérale, Alexandre Cusson, pour dénoncer la grosseur du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.            

Il n’a toutefois pas scindé l’établissement en deux depuis son arrivée au pouvoir, mais fait certains réaménagements.             

« J’ai jeté l’éponge », lance le Dr Patrick Chagnon, ex-interniste à l’Hôpital de Victoriaville, qui fait partie de ce CIUSSS. « Il n’y a qu’une ligne directrice, celle du ministère, rien d’autre », déplore-t-il en faisant référence aux initiatives locales.            

Système désorganisé  

Pour l’ancien ministre de la Santé, Rémy Trudel, le système est désorganisé pour répondre à la guerre au coronavirus.            

« Quand on va à la guerre, on n’envoie pas tout le monde de façon disparate comme on le voit actuellement, dit-il. Il faut une structure unifiée, pas un organigramme à n’en plus finir. »             

Les trois acronymes utilisés hier par François Legault  

CISSS : Centre intégré de santé et de services sociaux            

CIUSSS : Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux            

CHU : Centre hospitalier universitaire            

Ce qu’ils ont dit  

« La crise actuelle met en lumière les aberrations de notre réseau public. Ce sont les impacts qu’on a des nombreuses réformes et des nombreuses coupures. » –Andrée Poirier, Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux            

« Quand on est DG plus proche, bien c’est notre boîte, c’est notre maison, c’est notre établissement. Quand on est à l’intérieur d’une machine bureau-cratique, l’attachement est moindre. » –David Levine, ex-directeur de l’Hôpital Notre-Dame            

« C’est comme un gros Titanic qui a frappé l’iceberg des centres pour personnes âgées. » –Marie-Sophie L’Heureux, ex-infirmière et rédactrice en chef de Santé inc.            

– Avec la collaboration d’Élizabeth Laplante et de Marie Christine Trottier