/sports/hockey
Navigation

Mikhail Grigorenko croit pouvoir aider les Blue Jackets

L’ancien des Remparts signera un contrat d’un an avec Columbus le 1er juillet

IHOCKEY-EUR-SWE-RUS
Photo d’archives AFP Mikhail Grigorenko lance sur le gardien suédois Lars Johansson durant un tournoi à Moscou, le 12 décembre dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Imbroglio contractuel ou pas, Mikhail Grigorenko portera les couleurs des Blue Jackets de Columbus la saison prochaine. Après trois saisons passées dans la KHL, l’attaquant russe de 25 ans estime être un joueur différent de celui qu’il était lors de son premier passage dans la LNH. 

Lundi, les Jackets ont annoncé s’être entendus avec « Grigo » sur les modalités d’un contrat d’une saison d’une valeur de 1,2 M$. 

En soirée toutefois, le collègue Renaud Lavoie de TVA Sports révélait que la LNH avait rejeté l’entente puisqu’elle ne respectait pas la clause 50,8 (d) de la convention collective qui stipule que les joueurs qui ne signent pas un contrat d’entrée doivent attendre à l’ouverture du marché des joueurs autonomes avant d’apposer leur signature au bas d’un pacte qui n’inclut pas la saison en cours. 

Mais tout ça, ce ne sont que des détails administratifs puisque Grigorenko a l’intention de signer le même contrat le 1er juillet ou plus tard, si la LNH parvient à conclure sa saison. 

« J’ai hâte de me joindre à cette organisation. Nous avons eu de l’intérêt de quelques équipes, mais c’est à Columbus que la situation était idéale pour moi. J’aurai une chance de me faire valoir et d’obtenir du temps sur les deux premiers trios et en avantage numérique si je le mérite. Tout est entre mes mains maintenant », a-t-il assuré lors d’un entretien téléphonique avec Le Journal, mardi, lui qui est de retour à Québec, où il revient chaque été avec sa conjointe et leurs deux enfants. 

Un joueur différent 

Choix de première ronde des Sabres de Buffalo en 2012, Grigorenko n’a pas connu le début de carrière escompté dans la LNH. 

Après cinq saisons dans le circuit, trois avec les Sabres et deux avec l’Avalanche du Colorado, Grigorenko a accepté un contrat de trois saisons avec le réputé CSKA de Moscou dans la KHL, à l’été 2017. 

Après une première saison de 23 points en 45 matchs, il a enchaîné avec des campagnes de 52 points en 55 parties et de 41 en 47. 

Il a aussi eu l’opportunité de représenter son pays aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018, puis lors des Championnats mondiaux, de 2018 et 2019. 

« Je pense que j’ai gagné beaucoup en maturité au cours des trois dernières années. J’ai eu la chance de jouer sur la scène internationale contre certains des meilleurs joueurs au monde et avec le CSKA, j’ai pu jouer sur le premier trio et la première vague d’avantages numériques. J’ai retrouvé la touche offensive que j’avais dans le junior. J’ai aussi joué en mission défensive et je suis devenu plus responsable défensivement. » 

Tortorella 

À Columbus, Grigorenko retrouvera un entraîneur qui n’accepte pas les demi-mesures en John Tortorella. Un défi qu’il a hâte de relever. 

« Tu veux toujours évoluer pour un entraîneur qui demande constamment le meilleur de ses joueurs. Ce sera une belle opportunité pour moi de travailler avec lui. Tout le monde sait qu’il est un entraîneur dur et il veut que ses joueurs se défoncent. Si je travaille fort, ça va bien aller. » 

Toujours attaché à Québec 

Même s’il a passé les trois dernières saisons en Russie, Mikhail Grigorenko est revenu à Québec chaque été. 

« Grigo » a rencontré sa conjointe et mère de leurs deux enfants lorsqu’il évoluait avec les Remparts de Québec, il est donc naturel pour eux de revenir dans la Vieille Capitale une fois la saison de hockey terminée, peu importe où elle a été disputée. 

« Ma femme vient d’ici et toute sa famille est ici. C’est bien d’être près de la famille lorsque la saison de hockey est terminée. C’est donc une raison importante qui explique pourquoi nous revenons chaque été, mais j’aime beaucoup cette ville. Il y a plusieurs lacs, plusieurs montagnes et le centre-ville est superbe. J’aime son cachet européen. C’est le genre de ville où je veux voir mes enfants grandir. » 

Les Remparts 

Rappelons que Grigorenko avait été le premier choix des Remparts, deuxième au total, lors du repêchage européen de la Ligue canadienne de hockey en 2011. Il était ensuite débarqué à Québec lors de la saison 2011-2012 où il avait récolté 85 points en 59 matchs avant de devenir le premier choix des Sabres l’été suivant. 

Il a par la suite commencé les saisons 2012-2013 et 2013-2014 dans la LNH, mais les deux fois, les Sabres l’avaient retourné dans la LHJMQ en cours de route. 

Rester en forme 

Maintenant qu’il sait où il poursuivra sa carrière et que la chance que les Blue Jackets lui offrent pourrait bien être sa dernière dans la LNH, Grigorenko tente tant bien que mal de garder la forme à la maison. 

« J’ai pris une pause après l’annulation de notre saison dans la KHL et j’ai repris l’entraînement dernièrement. J’ai du matériel pour m’entraîner à la maison et je vais courir en montagne de temps à autre. » 

Le CSKA avait balayé sa série de première ronde en quatre parties face au Torpedo de Nizhny-Novgorod. Toutefois, la KHL a par la suite décrété l’annulation du reste des séries éliminatoires. Le CSKA tentait de remporter la Coupe Gagarine pour une deuxième année consécutive.