/investigations/health
Navigation

Sa résidence infestée par la COVID-19, il était déjà poursuivi pour 2,2 M$

Abraham Kaufman a été escorté par les policiers hier pour entrer dans sa résidence de Saint-Hubert, où 44 des 47 pensionnaires sont maintenant infectés par la COVID-19.
CHANTAL POIRIER Abraham Kaufman a été escorté par les policiers hier pour entrer dans sa résidence de Saint-Hubert, où 44 des 47 pensionnaires sont maintenant infectés par la COVID-19.

Coup d'oeil sur cet article

Résidents morts enfermés à l’extérieur, permis révoqué, poursuite de 2,2 M$, actionnaires cachés derrière une prête-nom... Le propriétaire de la résidence Notre-Dame de la Victoire à Saint-Hubert, prise en charge par les autorités en fin de semaine, a déjà un lourd passif de négligence en Mauricie.  

• À lire aussi - La structure du réseau de la santé: «c’est trop gros, c’est pas gérable»  

• À lire aussi - Nos CHSLD sont paralysés par la lourdeur bureaucratique  

Atteint de démence, André Bourassa, 79 ans, habitait la Villa jardin fleuri, une résidence qu’Abraham Kaufman exploitait à Trois-Rivières jusqu’à sa fermeture forcée.          

Abraham Kaufman a été escorté par les policiers hier pour entrer dans sa résidence de Saint-Hubert, où 44 des 47 pensionnaires sont maintenant infectés par la COVID-19.
Photo : courtoisie

En février 2017, le pensionnaire a connu la même fin atroce que la mère de l’ancien chef du Bloc québécois Gilles Duceppe dans une résidence de Montréal : mort de froid au pied d’une porte qui se verrouille automatiquement.                 

  • ÉCOUTEZ la chronique judiciaire du journaliste Félix Séguin à QUB Radio:   

« Il s’est ramassé pris dehors. Tellement mêlé... Dix pieds à gauche ou à droite, il y aurait eu un voisin pour lui ouvrir », raconte son fils François Bourassa, qui a déposé sa poursuite contre Kaufman et des associés en novembre 2019.          

« Il n’a jamais pensé à cogner ou à casser sa fenêtre. Il a juste gratté, gratté la porte... Elle était pleine de sang, il s’est tout scrappé le bout des doigts. »          

Si la triste fin de son père avait été le premier incident du genre à la résidence, ce conducteur de machinerie lourde n’aurait peut-être pas dû cesser de travailler si longtemps, plongé dans une profonde dépression.          

Abraham Kaufman a été escorté par les policiers hier pour entrer dans sa résidence de Saint-Hubert, où 44 des 47 pensionnaires sont maintenant infectés par la COVID-19.
Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal

Une autre résidente, Thérèse Roberge, était cependant morte dans les mêmes circonstances seulement 10 mois avant. Enfermée à l’extérieur, elle a chuté et a succombé à ses blessures en tentant de rentrer.          

« Eux autres, ils le savaient que c’était un risque. Le CIUSSS le savait... Ce n’était un secret pour personne. Et ça arrive encore ! dit-il. Du monde meurt chez eux, ils s’en foutent comme de l’an 40 ! »          

Selon la poursuite, la Villa jardin fleuri a accueilli des pensionnaires à risque d’errance sans en avoir le droit. François Bourassa affirme dans sa requête que les propriétaires « ont commis plusieurs fautes graves, caractérisées par une irresponsabilité, une négligence, une incurie et une insouciance » dans l’accueil de son père.      

Le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec a finalement révoqué le permis de la résidence et l’a fait fermer en septembre 2017. Selon Le Nouvelliste, la Villa jardin fleuri avait accumulé 78 infractions à ses obligations.          

Prête-nom   

En février 2017, l’établissement appartenait officiellement à sa directrice, Johanne Bolduc.          

Elle et Kaufman assurent toutefois qu’elle agissait comme « prête-nom », dans une déclaration assermentée produite dans le cadre de leur défense contre la poursuite de François Bourassa.          

En fait, la résidence appartenait à la compagnie Delatyn, « qui fait partie d’un groupe de sociétés dont les propriétaires sont de religion juive orthodoxe et résidant à Brooklyn, New York », selon eux.          

En vertu de leurs croyances, ces actionnaires s’abstiennent de faire de affaires le samedi, mentionne leur déclaration.          

« Or, puisque la Villa jardin fleuri opère sept jours par semaine et offre de la nourriture non-cachère, Delatyn a choisi de faire appel à un système de prête-nom pour l’administration de la résidence pour personnes âgées », affirment-ils.          

Au moment de la liquidation de l’entreprise, Kaufman était devenu le seul actionnaire au registre des entreprises.          

Abraham Kaufman a été escorté par les policiers hier pour entrer dans sa résidence de Saint-Hubert, où 44 des 47 pensionnaires sont maintenant infectés par la COVID-19.
Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal

44 des 47 résidents infectés   

Kaufman est aussi président et actionnaire de la résidence Notre-Dame-de-la-Victoire de Saint-Hubert, où 44 des 47 pensionnaires sont maintenant atteints de COVID-19, selon une source bien au fait du dossier au CISSS de la Montérégie-Centre.         

Hier, il était escorté par la police pour entrer dans l’établissement. Il n’a pas répondu aux questions des journalistes.        

« Il va falloir qu’il comprenne qu’un aîné, c’est pas juste un signe de piastre », dit le gestionnaire, qui a demandé à conserver l’anonymat.          

Le registre des entreprises mentionne également un autre actionnaire pour l’entreprise détenant l’établissement : Itamar Kaufman, qui donne une adresse dans le village de juifs ultra-orthodoxes de Kyrias Joel, dans l’État de New York.          

Abraham Kaufman a été escorté par les policiers hier pour entrer dans sa résidence de Saint-Hubert, où 44 des 47 pensionnaires sont maintenant infectés par la COVID-19.
Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal

  

- Avec Philippe Langlois et Andrea Valeria