/investigations/health
Navigation

Des chirurgiens ont peur de la COVID dans les CHSLD

Ils veulent demeurer «en santé et robustes» pour opérer quand ça sera le temps

Résidence ND-de-la-Victoire
Photo Chantal Poirier Du personnel, dont des médecins, a été envoyé en renfort à la Résidence Notre-Dame de la Victoire, à Longueuil.

Coup d'oeil sur cet article

L’Association québécoise de chirurgie a mis en garde ses membres contre les risques de contracter la COVID-19 en allant prêter main-forte dans les CHSLD et les encourage à se garder en forme pour la reprise des opérations.   

• À lire aussi: Des chirurgies non urgentes ont repris  

• À lire aussi: Québec veut des blouses au plus vite  

La semaine dernière, le premier ministre François Legault a lancé un appel à tous les spécialistes pour aller travailler dans les résidences pour aînés.    

  • Écoutez l'entrevue de la députée du Parti québécois Véronique Hivon avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:  

 

Environ 150 chirurgiens ont répondu à l’appel. Tout en saluant leur engagement, le président de leur association, affiliée à la Fédération des médecins spécialistes, les a mis en garde.   

Serge Legault.
Chirurgien
Photo Chantal Poirier
Serge Legault. Chirurgien

« Nous parlons ici d’une infection très contagieuse, avec un taux de mortalité non négligeable », écrit le Dr Serge Legault dans une lettre à ses membres.   

Il les invite à rentrer chez eux s’ils ne se sentent pas suffisamment protégés.    

« Il serait malheureux que l’appel à la “solidarité” se solde par des salles d’opération annulées, en raison de chirurgiens malades ou en quarantaine, dit le médecin, Nous sommes des chirurgiens, nous sommes importants pour notre société. »   

Legault critiqué  

Le président critique aussi la façon dont le premier ministre a fait appel aux spécialistes. S’il juge que la pandémie a été bien gérée depuis le début, tout a dérapé avec les décès par centaines dans les CHSLD.   

« On recommence alors à nous casser du sucre sur le dos. Nous voilà rendus responsables de leur gâchis », dénonce-t-il.   

Hier, le premier ministre a ouvert la porte à une reprise graduelle des chirurgies (voir autre texte). Des centaines de chirurgiens se sont retrouvés avec une charge de travail réduite avec l’annulation de milliers de chirurgies non urgentes pour libérer des lits dans les hôpitaux.   

Plusieurs d’entre eux ne se sentent toutefois pas outillés pour jouer un rôle semblable à celui des préposés aux bénéficiaires.   

« On n’est pas des pompiers », a dit l’un d’eux sous le couvert de l’anonymat.    

Pourquoi nous ?  

Certains se demandent pourquoi le premier ministre a surtout ciblé les spécialistes plutôt que les médecins de famille.   

D’autres se demandent pourquoi on fait appel à eux lorsqu’il manque de personnel. C’est ainsi que samedi soir, un courriel a été envoyé aux médecins des hôpitaux Charles-Le Moyne et Pierre-Boucher pour aller travailler comme préposés à la Résidence Notre-Dame de la Victoire, dans l’arrondissement Saint-Hubert, à Longueuil.   

Hier, on y dénombrait 44 des 47 résidents qui étaient porteurs du virus.   

« Rappelons-nous que notre mission première se passe en salle d’opération, là où nous devrons être en santé et robustes, pour rattraper le retard accumulé sur les listes d’attente », soutient le Dr Legault.