/travel/europe
Navigation

Coronavirus: nouveau programme d’aide économique en Allemagne

Coup d'oeil sur cet article

La coalition gouvernementale allemande d’Angela Merkel a décidé dans la nuit de mercredi à jeudi d’un nouveau programme d’aides économiques évalué à 10 milliards d’euros, prévoyant notamment un coup de pouce pour les allocations chômage.

Face à l’impact croissant de la pandémie sur la première économie européenne, les allocations de chômage partiel vont être relevées jusqu’à la fin de l’année pour les personnes les plus touchées par ces mesures.

Elles pourront percevoir entre 70 et 77% de leur salaire net à partir du 4e mois de chômage partiel puis entre 80 et 87% à partir du 7ème mois, contre 60 à 67% aujourd’hui pour tout le monde. Une proportion inférieure à d’autres pays européens, comme la France notamment où elle se situe à 84%.

En outre, les personnes déjà au chômage complet vont voir cette année leur période d’indemnisation prolongée de trois mois si elle arrive prochainement à échéance.

Au terme de huit heures de négociations difficiles, les deux partenaires de la coalition, conservateurs de la chancelière Angela Merkel et sociaux-démocrates, ont aussi décidé d’allègements fiscaux supplémentaires.

La TVA dans le secteur de la gastronomie, particulièrement touchée par les mesures de confinement avec fermeture jusqu’à nouvel ordre des restaurants et cafés, va être notamment abaissée à partir du 1er juillet et pour un an de 19% à 7%.

Enfin, du fait de la fermeture encore d’une partie des écoles et la reprise progressive seulement prévue des cours, le gouvernement va verser des aides aux familles pour l’acquisition d’ordinateurs destinés aux cours en ligne. Les écoliers les plus dans le besoin percevront un soutien de 150 euros.

Ce nouveau programme d’aide, dont le parti social-démocrate a évalué le montant à 10 milliards d’euros, vient s’ajouter à un programme total de soutien à l’économie allemande de quelque 1100 milliards d’euros, constitué surtout de garanties publiques pour des prêts aux entreprises.