/news/coronavirus
Navigation

Lévis veut la réouverture des commerces locaux

Le maire craint qu’on atteigne « un point de non-retour »

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que les entreprises lévisiennes essuient des pertes de plusieurs centaines de millions de dollars, le maire Gilles Lehouillier demande au gouvernement Legault de permettre l’ouverture des commerces de proximité.

« Il va falloir qu’on réfléchisse sérieusement à élargir la palette dans le respect des consignes. Dans certains types de commerces, ça peut se faire. Il y a bien plus de chances d’avoir certaines problématiques dans de grandes surfaces, type Costco ou Walmart, que dans un petit commerce où on peut s’organiser facilement pour respecter les règles de distanciation sociale », a indiqué le maire de Lévis, jeudi.   

C’est que la situation est de plus en plus critique à Lévis où 80 % des entreprises sont soit fermées soit en veille profonde.

« Si le confinement se poursuit, on va atteindre un moment critique où on risque de se retrouver avec énormément de fermetures définitives, a-t-il prévenu. On peut atteindre un point de non-retour pour certains commerces. » 

M. Lehouillier joint ainsi sa voix à celles d’autres maires de l’est et du nord du Québec qui se sont prononcés cette semaine en faveur de l’ouverture des commerces locaux sur leur territoire. 

Notant que sa région compte relativement peu de cas positifs à la COVID-19, Gilles Lehouillier espère que les commerces de la Chaudière-Appalaches feront partie de la première vague de déconfinement. Le plan gouvernemental précis doit être dévoilé la semaine prochaine. 

Des centaines de millions de pertes

Depuis le début mars, un sondage évalue les pertes de chiffre d’affaires dans 725 entreprises lévisiennes à la somme rondelette de 641 millions $.

Comme Lévis compte 4500 entreprises, le chiffre réel des pertes est assurément supérieur à celui communiqué.

Il peut se calculer en milliards de dollars pour les dernières semaines, a déploré le maire.

La municipalité veut déployer un vaste plan de relance économique qui passe notamment par l’accélération des travaux d’infrastructures. 

Le maire espère par ailleurs que le gouvernement fixera rapidement – d’ici le 15 mai au maximum – les règles pour les camps de jour.