/news/coronavirus
Navigation

Déconfinement: les Québécois devront maintenant s’immuniser contre la COVID-19

Coup d'oeil sur cet article

Pour éviter une seconde vague de l’épidémie, les Québécois doivent sortir graduellement de leur confinement pour s’immuniser contre la COVID-19.  

• À lire aussi: COVID-19: François Legault déplore encore plus d’une centaine de décès  

• À lire aussi: COVID-19: «On a besoin de vous», dit François Legault aux 9500 employés de la santé absents  

• À lire aussi: Même en temps de COVID-19: de l'espoir pour les activités sportives  

François Legault s’est transformé jeudi en pédagogue pour expliquer aux citoyens cloîtrés chez eux depuis plus d’un mois, que le Québec est rendu à l’étape de «l’immunité naturelle».    

Photo Stevens LeBlanc
  • Écoutez l'entrevue de la chroniqueuse politique Emmanuelle Latraverse avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

«Ce qu'on a fait au cours du dernier mois, c'est de ralentir la propagation (...) en demandant aux gens de rester à la maison. (...) Il faut qu’il y ait une immunité qui se développe dans les prochains mois, a soutenu le premier ministre, pesant chacun de ses mots. On ne peut pas demander aux gens de rester chez eux pendant deux ans».    

Les personnes les moins à risque de complications à la suite d’une infection au coronavirus, comme les enfants et les jeunes adultes, doivent être les premiers à s’immuniser et développer des anticorps.    

Mais dans cet exercice d’immunisation collective, les gens les plus vulnérables à la maladie doivent être protégés. «Ça veut dire les gens qui ont 60 ans et plus, donc, qui représentent actuellement 97% des décès», a-t-il insisté.    

Photo Stevens Leblanc

Aux sceptiques et aux craintifs, François Legault rétorque que la pire chose à faire serait de rester confiner pendant encore des mois pour ressortir de nos maisons tous en même temps à l’automne. Une période de l’année où le virus de la grippe saisonnière est actif. L’épidémie frapperait alors durement le réseau de la santé, qui serait vite surchargé.    

«On pourrait imaginer, à ce moment-là, une vague qui serait plus grande que la vague qu'on a connue depuis un mois. Donc, il faut profiter des prochains mois, d'ici l'automne, pour graduellement commencer à déconfiner».        

  • Écoutez la mise au point de la situation avec Geneviève Pettersen à QUB radio:   

Selon le Dr Horacio Arruda, si la COVID-19 a durement frappé dans les CHSLD, une petite partie seulement de la population a été en contact avec le virus. Entre 5 et 10% des Québécois seraient actuellement immunisés contre la maladie.    

Pour qu’une population neutralise le coronavirus, entre 60% et 80% des citoyens doivent être immunisés, a ajouté le directeur national de santé publique.    

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.