/opinion/blogs
Navigation

L’armée au CHSLD!

Coup d'oeil sur cet article

On ne peut que ressentir un profond malaise devant l’obligation de François Legault de se tourner vers l’armée du Canada.  

Il avait d’ailleurs lui-même l’air mécontent, mercredi, de devoir recourir aux fantassins du Dominion pour s’occuper des vieux Québécois, ceux qui ont bâti cette société progressiste, onéreuse et soi-disant solidaire. 

Mais le premier ministre n’a pas le choix; les aînés sont de plus en plus nombreux à mourir et les régiments sanitaires québécois sont soit en déroute, soit insuffisants.  

On savait nos effectifs nombreux et désorganisés, mais on ne pensait pas qu'ils seraient confrontés à des lendemains qui sentent..

Comme il ne peut imposer à quiconque d'affronter un virus mortel (sans masque, sans gants, etc.), le gouvernement Legault doit donc se tourner vers Ottawa. 

Ça déforme l'image idyllique du paradis des familles! La Belle Province, distincte et championne des programmes sociaux, elle en prend pour son rhume. 

On dira, pour se justifier, que l'Ontario fait pareil. Oui, mais le Québec n'est pas l'Ontario. Il s'est donné tant d'outils pour assurer son autonomie, il a même voulu faire l'indépendance! Il appelle l'armée pour s'occuper des vieux? Incroyable! 

Comment expliquer cette initiative lourdement symbolique, sinon par une autre victoire des bons sentiments sur le refus de mobiliser, de force, ses propres soldats? 

Heureusement que, de l’autre côté de l’Outaouais, la compassion, c’est comme les milliards, quand il n'y en a plus, il y en a encore. 

Et l'intermittent Mari de Sophie a pris le ton des grands jours pour répondre à l’appel de détresse du Québec. L’armée? Yes sir!

À son lutrin quotidien, Justin Trudeau a profité de l'occasion pour inviter ses sujets à une «réflexion, en tant que pays, sur comment on s’assure que les gens les plus vulnérables ne soient pas servis par des gens extrêmement vulnérables eux-mêmes»... 

Autrement dit, ceux qui viendront des quatre coins du monde pour faire le service aux chambres ne doivent pas être plus mal foutus que ceux qu'ils devront soigner. 

Il a raison, le Roi de la Dette. 

On sait depuis longtemps que ce boulot, laver des vieux, les nourrir, les border, n’est pas le plus glorieux qui soit. 

Traditionnellement sous-payé, il est destiné de plus en plus aux immigrants, aux immigrantes surtout. À ceux et à celles qui ne trouvent rien de mieux pour gagner leur pitance. 

Le Petit Père du Déficit a d’ailleurs rouvert discrètement la frontière aux réfugiés, à ceux qui arrivent avec femmes, enfants, valises à roulettes et téléphones intelligents. 

Il deviendra de plus en plus difficile de le lui reprocher. 

Parce que ça en prendra, des bras, dans les CHSLD, comme dans les champs du Québec où le Tiers-Monde envoie déjà des gens capables de cueillir des fruits et des légumes... 

L'armée, les immigrants, les autres pour le sale boulot...  

Je me demande si les Québécois ressentent parfois quelque gêne face à eux-mêmes. J'espère que oui.  

Ce serait au moins un effet secondaire positif de cette pandémie.