/finance/business
Navigation

Le détaillant Gap, premier d’une cascade de restructurations

La multinationale américaine ne paye plus les loyers de ses magasins fermés

Centre Eaton de Montréal - Ivanhoé Cambridge
Capture d’écran tirée du site internet du Centre Eaton Le Québec compte 8 magasins Gap (comme celui-ci, au Centre Eaton, à Montréal), 10 Banana Republic et 14 Old Navy.

Coup d'oeil sur cet article

En raison de la pandémie, le détaillant Gap prévient que plusieurs de ses magasins ne rouvriront jamais leurs portes en Amérique du Nord. La compagnie, qui envisagerait même de quitter le Canada, selon nos informations, a également suspendu le versement de ses loyers. 

• À lire aussi: Grandes surfaces versus autres commerces: Jacques Tanguay dénonce les inégalités  

Jeudi, la chaîne américaine, propriétaire aussi des enseignes Banana Republic et Old Navy, a fait le bilan de l’impact de la COVID-19 sur ses activités et sa santé financière. L’entreprise a indiqué que plusieurs de ses commerces sont présentement fermés. 

  • Écoutez l'entrevue du chroniqueur économique Yves Daoust avec Richard Martineau à QUB Radio:

Afin de traverser cette crise, le détaillant, dont le siège social est situé à San Francisco, cherche actuellement de la liquidité. La compagnie estime que sa trésorerie ne sera pas suffisante pour financer ses activités encore un an. 

À travers le Québec, la chaîne de vêtements possède 8 magasins Gap, 10 Banana Republic et 14 Old Navy. Elle a notamment comme locateurs Ivanhoé Cambridge et Oxford Properties. 

Selon nos informations, Gap analyserait sérieusement la possibilité de fermer l’ensemble de ses points de vente au Canada. Déjà avant la crise, la compagnie explorait différents plans de rationalisation. 

Économies de 115 millions $ 

Afin de protéger ses actifs, Gap a récemment suspendu le versement des loyers pour ses magasins fermés. Cela représente des économies d’environ 115 millions $ par mois en Amérique du Nord, indique la direction de la chaîne. 

Selon le site Retail Dive, l’enseigne, présente dans plus de 90 pays, compte environ 3300 magasins, dont 2785 en Amérique du Nord, et 570 points de vente franchisés. 

La direction de Gap mentionne être en discussion avec des propriétaires de centres commerciaux au sujet des conditions de location dans ses baux. 

« Nous négocions pour reporter ou réduire les loyers. Nous regardons aussi pour modifier les termes de nos contrats pour lors de l’ouverture des magasins. Dans certains cas, on cherche à résilier nos baux », répond la direction. 

Cette dernière craint l’impact qu’aura la pandémie durant les prochains mois sur l’achalandage dans les commerces. 

Comme mesure pour resserrer sa ceinture, Gap a déjà mis à pied plusieurs travailleurs et la compagnie a suspendu le versement des dividendes.  

L’entreprise a aussi réduit ses dépenses de 300 millions $ ainsi que la rémunération de ses dirigeants. Elle a également demandé des extensions de paiement à ses fournisseurs. 

Selon différentes sources dans le domaine bancaire, on pourrait assister, au cours des prochains jours, à une cascade du nombre de restructurations de détaillants américains en raison de l’impact des mesures pour ralentir la propagation de la COVID-19 dans différents pays.  

-Avec la collaboration de Pierre-Olivier Zappa 

Gap  

  • La compagnie est présente dans plus de 90 pays.  
  • Elle compte 3300 magasins, dont 2785 en Amérique du Nord, et 570 points de vente franchisés. 
  • Enseignes : Gap, Banana Republic, Old Navy, Athleta, INTERMIX  

Sources : Gap et Retail Dive