/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Loto-Québec gèle les salaires de ses dirigeants

COVID-19: Loto-Québec gèle les salaires de ses dirigeants
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Loto-Québec emboîte le pas. La société d’État gèle les salaires de ses dirigeants pour 2020-2021 et reporte le versement des bonis de performance. Par ailleurs, les ventes de loteries sont en chute.  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie   

• À lire aussi: Aînés affamés et déshydratés: «ils ont crevé de faim»  

En début de semaine, la Fédération canadienne des contribuables (FCC) avait demandé à Loto-Québec d’annuler les hausses de salaires de sa haute-direction afin d’enlever une pression sur le budget du gouvernement provincial en pleine COVID-19.  

Il faut dire qu’Hydro-Québec et la Société des alcools du Québec (SAQ) avaient déjà tranché sur le gel des salaires de ses dirigeants et le report du versement des bonis pour les cadres et le personnel non syndiqué.  

Loto-Québec va toutefois un peu plus loin dans ses mesures. La société reportera également le versement de la rémunération variable liée à la performance de 2019-2020 pour le personnel syndiqué admissible aux bonis.  

L’an dernier, les membres de la direction chez Loto-Québec s’étaient partagé 5,1 M$ et les employés avaient encaissé 12,8 M$.  

Malgré la fermeture des casinos et des salons de jeux, les 5000 employés chez Loto-Québec reçoivent toujours leur plein salaire. L’arrêt de ces activités prive actuellement Loto-Québec d’environ 2,5 M$ par jour.  

Au cours des dernières semaines, la société d’État a remis plus de 30 000 masques au ministère de la Santé et des Services sociaux. Malgré l’annulation des festivals et des événements publics, Loto-Québec a aussi maintenu ses commandites. Cela représente environ 10 M$. 

Diminution des ventes 

Quant à la question des revenus, en raison notamment de la suspension de l’offre de loteries dans les dépanneurs, les kiosques et les supermarchés, Loto-Québec doit maintenant jongler avec une diminution de ses ventes. 

Cette situation touche l’ensemble des sociétés de jeux à travers le pays. À titre de comparaison, mardi dernier, pour un tirage de 44 M$, les ventes de billets de Lotto Max au Canada s'étaient élevées à 17,36 M$. 

Le 10 mars dernier, avant l’annonce de la fermeture des terminaux au Québec, pour un gros lot de 40 M$, les ventes avaient atteint 23,44 M$. Il s’agit d’une différence d’environ 26%. 

«Les ventes sont en diminution, mais on constate une hausse de nos ventes en ligne. C’est le seul moyen d’acheter encore de la loterie», répond au Journal le porte-parole de Loto-Québec, Patrice Lavoie. 

Lors de son exercice financier 2018-2019, pour son quatrième trimestre, les revenus des ventes de loteries chez Loto-Québec avaient été de 217 M$.