/sports/football
Navigation

Ô Canada!

Le receveur Chase Claypool devient l’un des rares Canadiens choisis en deuxième ronde

FBC-SPO-NOTRE-DAME-V-LOUISVILLE
Photo d'archives, AFP À l’Université Notre-Dame, le receveur canadien Chase Claypool a connu beaucoup de succès la saison dernière avec 66 réceptions, 1037 verges et 13 touchés.

Coup d'oeil sur cet article

Les joueurs canadiens qui sortent au repêchage de la NFL sont une denrée rare. Quand c’est un receveur de passes qui reçoit l’appel en deuxième ronde, il s’agit presque d’un phénomène paranormal. C’est ce qu’a vécu hier soir Chase Claypool, de la Colombie-Britannique. 

Clayppol, originaire d’Abbotsford, a été le choix des Steelers de Pittsburgh au 49e rang. Avec 150 réceptions en quatre saisons à la prestigieuse Université Notre Dame, il a terminé au septième rang dans l’histoire du programme. Il était d’ailleurs le premier joueur d’origine canadienne à joindre le Fighting Irish depuis le secondeur Bill Mitoulas, en 1994. 

La sélection d’un receveur canadien en deuxième ronde du repêchage de la NFL s’avère un événement en soi. En effet, la dernière fois, c’était en 1998, quand Jerome Pathon avait été un choix de deuxième tour des Colts d’Indianapolis. 

Claypool est un receveur format géant à 6 pi 4 po et 229 lb. Avant le repêchage, il était même question qu’il soit transformé en ailier rapproché au prochain niveau. Toutefois, au camp d’évaluation de la NFL à Indianapolis en février, il a fait écarquiller les yeux avec un chrono de 4,42 s sur 40 verges. 

Claypool est ainsi devenu le joueur canadien repêché le plus haut depuis le bloqueur Danny Watkins, par les Eagles de Philadelphie, avec le 23e choix en 2011. 

Autre ruée vers les receveurs 

La deuxième ronde a sans contredit été tournée vers l’attaque. La veille, au premier tour, pas moins de six receveurs de passes avaient trouvé preneurs, donnant le ton à ce qui est qualifié de cuvée d’une profondeur historique à cette position. 

Le receveur de l’Université de Clemson, Tee Higgins, n’a pas eu à patienter longtemps, lui qui a été repêché par les Bengals avec le premier choix (33<sup>e</sup> au total) de la deuxième ronde.
Photo tirée de Twitter
Le receveur de l’Université de Clemson, Tee Higgins, n’a pas eu à patienter longtemps, lui qui a été repêché par les Bengals avec le premier choix (33e au total) de la deuxième ronde.

Cette chasse aux receveurs s’est poursuivie de plus belle en deuxième ronde avec sept autres receveurs choisis, à commencer par Tee Higgins pour ouvrir le bal pour les Bengals avc le 33e choix. Un échelon plus tard, les Colts les imitaient en misant sur Michael Pittman Jr. Il s’agit de deux gros gaillards qui excellent dans la circulation. 

Les Jaguars ont tenté un grand coup en mettant la main sur le dynamique Laviska Shenault au 42e rang. Aligné partout sur le terrain à l’Université du Colorado, il pourrait devenir une arme à tout faire pour une équipe qui manque de punch. 

Même les Broncos se sont joints à la razzia en repêchant au 46 rang KJ Hamler, un receveur explosif, eux qui avaient aussi arrêté leur choix sur un receveur (Jerry Jeudy) au premier tour. 

Les porteurs ont la cote 

La deuxième ronde a aussi été celle des porteurs de ballon. Les Lions ont été les premiers à sévir à ce chapitre, au 35e rang, en optant pour D’Andre Swift, de l’Université Georgia, une véritable fabrique à demi offensifs au fil des ans. 

Mais Swift n’était que le premier d’une vague massive. Durant la deuxième ronde, quatre autres porteurs (Jonathan Taylor avec les Colts, Cam Akers avec les Rams, JK Dobbins avec les Ravens et AJ Dillon avec les Packers) ont été choisis. 

Du lot, il faudra surveiller Dobbins, qui se greffe à l’attaque au sol totalement écrasante des Ravens. Il rejoindra Mark Ingram et le quart-arrière ultra athlétique Lamar Jackson. Taylor, avec les Colts, est un joueur qui a connu deux saisons de plus de 2000 verges au sol à l’Université du Wisconsin. Un monstre, tout en puissance et en vitesse! 

De belles prises 

La surprise de la soirée a été la sélection du quart-arrière Jalen Hurst, au 53e rang, par les Eagles. Ils misent déjà sur le jeune Carson Wentz, mais celui-ci a subi sa part de blessures et Hurts pourrait être intégré à l’attaque de plusieurs manières, lui qui est un athlète d’exception. 

Du côté défensif, les maraudeurs ont eu la cote avec Xavier McKinney chez les Giants (36e), Kyle Dugger chez les Patriots (37e), Grant Delpit avec les Browns (44e), Antoine Wimfield Jr chez les Buccaneers (45e) et Jeremy Chinn chez les Panthers (64e). 

L’entraîneur-chef des Patriots, Bill Belichick, a attaqué le jour 2 de son repêchage en compagnie de son chien.
Photo tirée de Twitter
L’entraîneur-chef des Patriots, Bill Belichick, a attaqué le jour 2 de son repêchage en compagnie de son chien.

Toujours en défensive, le vol potentiel de la soirée pourrait avoir été réalisé par les Bills, qui ont mis la main sur le puissant ailier défensif AJ Epenesa (Iowa), au 54e rang. 

Un autre Canadien 

En troisième ronde, un autre joueur canadien a trouvé preneur, au 82e rang, par les Cowboys de Dallas. Le plaqueur Neville Gallimore, originaire d’Ottawa, s’est illustré à l’université d’Oklahoma. En quatre saisons avec les Sooners, il a amassé 147 plaqués, dont 17 pour des pertes. 

Il s’agit donc de la quatrième fois dans l’histoire du repêchage de la NFL que deux Canadiens sont choisis lors des trois premiers tours. En 2011, Danny Watkins et Orlando Franklin avaient été les élus en première et deuxième ronde. En 2005, Nick Kaczur et OJ Atogwe avaient été des sélections de troisième tour. Deux ans plus tôt, Nate Burleson et Teyo Johnson avaient été choisis en deuxième et troisième ronde. Enfin, en 1986, Mike Schad et Markus Koch avaint été des choix de première et deuxième ronde.