/opinion/columnists
Navigation

Justin a raison

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre du Canada a fait sursauter bien des gens en affirmant que ce n’était pas normal d’avoir recours à l’armée pour s’occuper de nos aînés. Il a ajouté qu’il faudrait se poser de sérieuses questions à la suite de cette crise pour éviter que cela ne se reproduise.

Autant le Bloc québécois que des représentants de la CAQ ont tôt fait de s’indigner. 

On a crié à l’ingérence et appelé au respect des compétences.

Dans ce débat, je ne suis pas souverainiste, ni nationaliste ou fédéraliste. Je suis réaliste.

L’évidence

Justin Trudeau a simplement dit tout haut ce que bien des Québécois pleurent tout bas : il est carrément inacceptable et inexcusable que nos aînés meurent couverts d’excréments, assoiffés et affamés, loin des leurs.

Alors oui, je m’attends à ce que mon premier ministre, démocratiquement élu par la population, puisse s’exprimer sur le fait que cette situation n’est pas normale. 

Bien sûr, nous ne devons pas être gênés de demander le soutien des forces armées, car nous payons pour ces services. 

Mais nous devrions avoir honte d’en être arrivés là.

D’ordinaire, je suis un ardent défenseur du respect des compétences. Il y a les juridictions des provinces, et celles du fédéral.

Incompétence

J’ai souvent dit que lors de mon passage en politique, je n’avais jamais été aussi proche d’être un indépendantiste que lorsque j’ai assisté à des conférences fédérales-provinciales où les gros sabots canadiens tentaient toujours trop d’empiéter sur nos responsabilités.

Mais justement. Quand on est incompétents dans nos compétences, n’est-ce pas le devoir de celui qui agit en pourvoyeur d’au moins exiger que les choses changent ?

Ça ne veut pas dire que Justin Trudeau doit tout contrôler. 

Mais il a amplement le droit de noter l’évidence, soit que nous avons totalement failli à la tâche et que cela ne doit plus jamais se produire.

Oui, Justin Trudeau a raison.