/misc
Navigation

Lorsque ça ne tient qu’à un fil

Campeau
Photo courtoisie Il peut être assez embêtant de sélectionner le meilleur fil qui soit en fonction de vos techniques de pêche préférées. L’expert Gord Pyzer prodigue de judicieux conseils à ce sujet.

Coup d'oeil sur cet article

À la pêche, lors des combats, le seul lien qui existe entre vous et les poissons est votre corde.

L’amateur qui se rend en boutique ou qui regarde la sélection en ligne chez son marchand québécois sera certainement déboussolé et aura de la difficulté à faire un choix tellement il y a de produits offerts. En fait, il y a trois grandes familles, soit celles des monofilaments, des fluorocarbones et des super fils.

Monofilament

Il est disponible sur le marché depuis le début des années 1960. Il est principalement fabriqué avec des granules de nylon, et les manufacturiers peuvent y ajouter des poudres spécifiques, des polymères, etc. À la suite de son extrusion, la machinerie étire le produit primaire pour lui donner sa forme et sa taille finales. La plupart d’entre nous avons appris à pêcher avec du mono et nous comprenons que sous la tension, il peut s’allonger de 15 à 30 %. Ce qui est génial avec ce dernier, c’est qu’il pardonne certaines erreurs lors des combats. Il a malheureusement les défauts de ses qualités puisqu’il amoindrit une partie de la force de ferrage.

Fluorocarbone

Une décennie plus tard, on a vu apparaître une corde de pêche fabriquée avec du polyfluorure de vinylidène qui est en fait un fluoropolymère thermoplastique. Ce qui est remarquable chez ce produit, c’est qu’il offre un effet réfractaire nul sous l’eau. Les poissons ne peuvent donc pas vraiment le déceler et il est alors plus facile de les déjouer. Puis, contrairement à tous les types de cordes sur le marché, le fluorocarbone cale dans la colonne d’eau au lieu de demeurer en surface. Le seul problème du fluo, c’est qu’il s’étire encore plus que le monofilament.

Super fil

Au tournant des années 90, le monde de la pêche a connu une spectaculaire révolution avec la venue des super fils fabriqués de fibres ultrarésistantes en dacron, en spectra, en micro dyneema ou autres matières de la sorte. En plus d’avoir un diamètre de 50 à 60 % plus petit que le mono et le fluo, ce qui permet aux leurres de plonger plus facilement et de mieux travailler, il offre un facteur d’élongation quasi nul qui occasionne des ferrages directs et puissants. Sa silhouette teintée ne passe malheureusement pas inaperçue aux yeux des poissons. Il faut donc, idéalement, l’utiliser en ajoutant un bas de ligne en fluorocarbone de 90 cm ou plus à ce dernier. On obtient ainsi le meilleur des deux mondes.

Lesquels choisir ?

Je connais bien le spécialiste ontarien Gord Pyzer. Après avoir œuvré pendant 30 ans au ministère de la Faune, il a consacré ses efforts à titre d’éditeur en chef de la pêche pour le réputé magazine Outdoor Canada en plus de contribuer avec les équipes de In-Fisherman et Real Fishing. Ce pêcheur de tournois, qu’on appelle souvent le Docteur de la pêche, a été intronisé aux panthéons canadien et américain. 

Lors d’une récente rencontre avec ce dernier, nous avons parlé des différents types de fils à utiliser en fonction des techniques et approches effectuées. Retenez qu’il s’agit de conseils et que la sélection proposée peut varier selon l’environnement exploité, la taille des prédateurs visés, votre degré d’expérience et vos préférences pour un produit ou un calibre. 

À tout faire

De nombreux amateurs ne possèdent qu’une seule canne à pêche pour taquiner l’ensemble des espèces. Ils sont alors limités, car leur perche est trop raide pour certaines approches et trop souple pour d’autres. Pour un tel scénario, nous étions d’accord qu’un super fil de 10 ou 12 livres, jumelé à un long bas de ligne de 60 à 100 cm, en fluorocarbone de 8 livres de résistance, serait tout indiqué.

Pour le doré

Pour cibler ces percidés à la jig, je favorise personnellement un super fil de 10 livres et un bas de ligne en fluorocarbone de 6 ou 8 livres. Gord, pour sa part, préfère se servir d’un monofilament Ultragreen de 6 à 10 livres lorsque les eaux sont verdâtres ou d’un Maxima Clear du même calibre quand elles sont translucides. 

À la traîne, avec un poisson-nageur, je suggère fortement un super fil de 20 livres et bas de ligne en fluorocarbone de 8 ou 10 livres. M. Pyzer termine occasionnellement son montage avec du 10 livres Maxima Clear. 

Pour ce qui est de la pêche avec un marcheur de fond, nous sommes convaincus qu’un super fil de 20 livres, jumelé à un bas de ligne de 60 à 180 cm en fluorocarbone de 8 ou 10 livres, convient à merveille.

Pour la truite mouchetée

Quand on pêche les ombles au lancer avec une cuillère ou une autre offrande, Gord et moi aimons bien nous servir d’un monofilament de qualité de 6 livres/test.

Nous abondons également dans le même sens pour la pêche à la traîne avec une cuillère, puisque nous utilisons un super fil de 10 livres, équipé d’un bas de ligne en fluorocarbone de 6 ou 8 livres.

Pour ce qui est de la traîne avec un petit poisson-nageur, nos opinions divergent puisque ce chic type privilégie le monofilament Clear ou Ultragreen de 6 livres, et, pour ma part, je ne jure que par le fluorocarbone de 6 livres de résistance pour cette technique. 

La pêche avec des micro jigs est fort excitante quand on se sert d’un équipement ultra léger avec un moulinet rempli de monofilament de 4 livres ou de super fil de 4 ou 6 livres, avec un bas de ligne en fluorocarbone de 4 livres.

Pour les quatre prochaines espèces, nous étions d’accord sur presque tous les points.

Pour le brochet

Ceux qui tentent de déjouer les carnassiers aux longues dents en effectuant des lancers auraient avantage à favoriser du monofilament de 20 livres de qualité. Toutefois, si vous préférez laisser traîner votre offrande, un super fil de 30 livres vous aidera à mieux ferrer et à avoir plus de contrôle. Pour ces deux approches, un avançon métallique sera un atout indéniable. 

Pour l’achigan à petite bouche

Si vous avez l’intention de catapulter des poissons-nageurs pour faire réagir ces combattants, vous aurez de bien meilleurs résultats si vous les nouez avec du fluorocarbone de 8 à 12 livres.

Les spinnerbaits et autres offrandes vibratoires de la sorte peuvent être aisément exploités avec un monofilament résistant de 15 ou 20 livres.

Si vous préférez récupérer des leurres en surface, vous aurez un excellent rendement avec du monofilament de 10 ou 12 livres ou du super fil de 14 ou 20 livres.

Le tube est très efficace pour faire réagir les petites bouches. Nouez-le avec un super fil de 10 livres et un bas de ligne de 60 à 120 cm en fluorocarbone de 8 livres.

Pour l’achigan à grande bouche

Cette espèce, qui affectionne les herbiers, peut être parfois difficile à déloger de son habitat. L’utilisation d’un super fil de 30 à 65 livres est recommandée pour le flipping, le pitching et pour les leurres de surface.

Pour l’ensemble des autres approches, le fluorocarbone de 8 à 20 livres fera parfaitement l’affaire. 

Location de chaloupes 

En ces temps de confinement, nous ne pouvons pas nous éloigner de nos régions respectives. Si vous souhaitez taquiner les poissons de la zone 8, qui s’étend tout autour du grand Montréal, vous pouvez louer une embarcation auprès de plusieurs entreprises, dont celles-ci :  Pourvoirie Fran-Val à Saint-Zotique au 450 267-2096, Centre de pêche C.R. à Vaudreuil-Dorion au 450 424-4171, Pourvoirie Guy Mayer à Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix au 450 291-5329, Camping Sleepy Hollow à Noyan au 450 294-2717, Pourvoirie Laramée à Lacolle au 450 246-2383, Aventure Mille-Îles à Laval au 514 463-1402, Marina Pointe-Fortune à Pointe-Fortune au 450 451-6665, Location Chaloupes Verchères à Verchères au 450 583-3182, Centre nautique de Beauharnois (anciennement Pancho) à Maple Grove au 450 540-1134 et Location Motomarine Sport Chambly à Chambly au 450 447-0617. 


► Je vous invite à me suivre sur Facebook.