/opinion/blogs
Navigation

Planifier la réouverture des établissements scolaires au Québec: nos propositions à court terme

Le premier ministre a annoncé qu’un plan de déconfinement et de réouverture des écoles serait présenté au cours de la semaine du 27 avril

classroom of a daycare center without children and teacher
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre François Legault a annoncé le 22 avril 2020 qu’un plan de déconfinement et de réouverture des écoles serait présenté à la population québécoise au cours de la semaine du 27 avril. Interpellés par la situation, nous avons tâché de définir les principales dispositions à court terme qui devraient – d’après nous – se retrouver dans ce plan. Puisque nous ne sommes pas experts en santé publique, mais bien en sciences de l’éducation, notre proposition se concentre sur les dispositions qui nous semblent nécessaires au regard de la réussite éducative des élèves.  

Planifier à partir des initiatives des dernières semaines  

Dès la deuxième semaine d’avril, plusieurs provinces canadiennes ont rapidement assuré la poursuite des apprentissages des élèves par le biais de l’enseignement à distance. Au Québec, différentes mesures exceptionnelles (site École ouverte, trousses pédagogiques, partenariat avec Télé-Québec) ont été mises en place par le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Toutefois, le caractère non obligatoire de la formation proposée aux élèves, laquelle est limitée à la révision des sujets abordés depuis le début de l’année scolaire, et surtout, la déclaration que le bulletin final se limitera aux résultats des deux premières étapes ont conduit à un désengagement de plusieurs élèves. Ainsi, malgré de nombreuses initiatives du personnel enseignant qui souhaite accompagner les élèves en situation d’échec, son travail est réduit à leur proposer de l’aide. Dans l’éventualité où celle-ci est acceptée, il n’est toujours pas possible de croire que l’exercice du jugement évaluatif en juin pourra prendre en compte la progression observée durant les cinq semaines déjà passées et celles à venir.  

L’annonce de la réouverture des établissements scolaires se veut un bon moment pour rectifier le tir, réfléchir collectivement à ce que notre société pourrait entendre par «ouverture des écoles» et, surtout, ramener l’éducation au coeur des priorités. Or, à la suite de l’annonce de la réouverture des établissements scolaires, des résistances s’expriment. En ce contexte de crise, il faut reconnaître qu’on ne peut plus s’appuyer sur les textes usuels pour assurer la gestion des établissements et qu’on doit réfléchir autrement l’organisation du travail. Il est impératif que les changements qui s’imposent soient orchestrés avec toute l’ouverture nécessaire et souhaitée pour le bien des élèves et du personnel scolaire.  

Comment et pourquoi rouvrir les établissements scolaires au Québec?  

Voilà la question à laquelle devra répondre le plan de réouverture des établissements scolaires. Pour ce faire, il doit affirmer l’importance qui sera accordée à la poursuite et à la consolidation des apprentissages, inclure la préparation du personnel enseignant à l’enseignement hybride, un enseignement qui pourrait être au coeur des activités éducatives de la prochaine année scolaire, et, ainsi, ne pas se limiter à faire état d’une réouverture physique des établissements scolaires. Ce plan pourrait prévoir plusieurs phases. Dans le présent texte, nous nous concentrons sur les dispositions qui doivent être déployées à court terme, c’est-à-dire durant la période suivant la présentation du plan et précédant la réouverture des établissements scolaires.  

Pour y arriver, la planification doit s’appuyer sur des objectifs clairement définis. Nous pouvons en déterminer au moins quatre à court terme:   

  1. déterminer les contenus incontournables;  
  2. soutenir les élèves en situation d’échec, ainsi que les élèves vulnérables; 
  3. préparer à la réouverture physique et virtuelle de l’école;  
  4. former le personnel scolaire à l’enseignement à distance.    

Cibler les contenus disciplinaires incontournables  

Bien que le premier ministre Legault a annoncé que la fréquentation des établissements scolaires serait optionnelle, il nous apparaît important de prévoir des mesures permettant la poursuite ou la consolidation d’apprentissages en ciblant les contenus disciplinaires incontournables pour les cours de langues, de mathématiques, de science et technologie et d'univers social. La poursuite de ces apprentissages devrait être possible autant en présentiel qu’à distance. Pour ce faire, le ministre doit d’abord solliciter les équipes disciplinaires de son ministère afin de déterminer ces contenus disciplinaires incontournables. Cela lui permettra d’aviser rapidement les milieux afin d’orienter les choix didactiques et pédagogiques des prochaines semaines. Cela assurera aussi une meilleure cohésion lors du passage des élèves d’un niveau scolaire à un autre.  

Favoriser le retour des élèves vulnérables et la réussite des élèves en échec  

Si ce n’est déjà fait, les directions d’établissement doivent aussi établir, avec le personnel enseignant, une liste des élèves en situation d’échec et ceux en situation de vulnérabilité, lesquels peuvent être plus lourdement marqués par l’interruption prolongée des apprentissages et des situations de socialisation usuellement vécues à l’école. Leur retour possible ainsi que les ressources nécessaires à leur accompagnement doivent être rapidement planifiés. Pour déterminer les horaires de cours, les directions doivent également déterminer le nombre d’élèves qui fréquenteront les lieux physiques en sollicitant les parents sur leur intention d’envoyer ou non leur enfant à l’école. Elles devront aussi profiter de ce contact avec les parents pour cibler les élèves ne disposant pas de matériel informatique ou d’une connexion internet afin d’envisager des prêts de matériels à court et moyen terme. À ce chapitre, le Québec pourra s’inspirer de la Colombie-Britannique et de l’Ontario, qui ont investi un important budget pour assurer le prêt de matériel et la connexion internet des élèves. Afin de ramener la priorité sur la réussite des élèves actuellement en situation d’échec, et comme nous l’avons déjà énoncé dans un précédent texte, il est nécessaire que le ministre informe rapidement le corps enseignant que l’exercice de leur jugement évaluatif permettra de rendre compte des progressions observées d’ici la fin de la présente année scolaire et d’en rendre compte dans le bulletin.  

Planifier le retour du personnel enseignant  

Dans l’optique où plusieurs enseignantes et enseignants appartiennent à des groupes à risque, que ce soit en raison de leur âge, de leur santé ou de celle de leurs proches, il sera nécessaire d’établir une liste de ceux disponibles pour un enseignement en présentiel et de s’assurer que les milieux ont suffisamment de ressources enseignantes pour la poursuite de l’année scolaire. Des primes de risque pourraient d’ailleurs être prévues pour le personnel scolaire travaillant au sein de l’établissement. Enfin, le personnel enseignant n’étant pas disposé à enseigner dans les lieux physiques devra prioritairement recevoir une formation à l’enseignement à distance.  

Prioriser la réouverture des écoles primaires  

Dans la perspective où l’école est partie prenante de la communauté et que le retour au travail semble motiver la réouverture des établissements scolaires, nous estimons qu’il faut d’abord se concentrer sur la réouverture de l’ordre préscolaire et primaire. Advenant qu’un nombre important de parents souhaite que leurs enfants fréquentent les lieux physiques de l’école, il faudra diviser les groupes et prévoir des horaires en alternance. Une pleine flexibilité doit être confiée aux directions d’établissement, lesquelles sauront mieux que quiconque de quelle façon composer avec la réalité physique, géographique et sociologique de leur environnement. Ce travail devra bien évidemment être orchestré de pair avec les autorités locales de la santé publique. Enfin, les parents souhaitant que leurs enfants poursuivent leurs apprentissages à distance devraient pouvoir récupérer le matériel scolaire avant la réouverture des établissements scolaires.  

Former à l’enseignement à distance  

Pour l’atteinte du quatrième objectif, il est particulièrement important de dispenser des formations de pointe en enseignement à distance, lesquelles pourraient être reconnues à la formation continue obligatoire du personnel enseignant. Ces formations doivent viser un enseignement à distance qui favorise l’engagement, l’interaction des élèves et la mobilisation d’outils plus spécifiques à l’enseignement et à l’apprentissage de certaines disciplines. De même, il sera pertinent de cibler la formation à des outils qui permettent de personnaliser les rétroactions destinées aux productions des élèves.  

En conclusion, la réouverture des établissements scolaires est une occasion de mettre à l’avant-plan la réussite éducative et de s’assurer que le personnel enseignant dispose des ressources nécessaires pour exercer ses fonctions dans le contexte bien particulier de la crise actuelle. Le plan de réouverture des établissements scolaires qui sera sous peu déposé doit être soutenu par un discours prônant la mise en place d’actions favorisant une éducation de qualité, équitable, bienveillante et qui maximise l’actualisation du potentiel de chacun. Il exigera sans aucun doute une importante mobilisation et une grande créativité de la part des acteurs.  

-Mélanie Tremblay, Olivier Lemieux et Anne-Michèle Delobbe, professeurs à l’Université du Québec à Rimouski, campus de Lévis