/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: ébats sexuels en plein air coûteux pour quatre aînés de Sherbrooke

Ils ont reçu chacun un ticket de 1546 $ pour non-respect de la distanciation sociale

Coup d'oeil sur cet article

Quatre septuagénaires dont les ébats sexuels dans un boisé ont été freinés par la police de Sherbrooke ont pris une sérieuse option sur le titre de « covidiots » de la semaine. 

Les quatre hommes, soit deux samedi dernier et deux autres dimanche, ont été surpris les culottes à terre par des policiers qui effectuaient des patrouilles au parc Jeffrey-Gingas, non loin d’une piste cyclable. 

« Ces hommes de 70 ans et plus, qui sont pourtant dans le groupe d’âge le plus à risque de la pandémie, s’adonnaient à des relations sexuelles dans un sous-bois, ce qui n’est pas toléré de toute façon. Ils ont reçu un constat d’infraction pour ne pas avoir respecté les règles de distanciation sociale de deux mètres », a relaté l’agent Martin Carrier. 

Les chauds lapins paieront cher pour leur aventure dans la nature : 1546 $ chacun, soit 1000 $ d’amende et des frais additionnels de 546 $ pour le traitement administratif de l’infraction, ainsi qu’une contribution pour l’aide aux victimes d’actes criminels et au fonds consolidé de l’État. 

Les policiers de Sherbrooke ont donné 72 constats d’infraction liés à la crise sanitaire la semaine dernière, ce qui porte leur total à 193 depuis la mi-mars. 

Un millier de plus 

En tout au Québec, environ un millier de nouveaux récalcitrants aux consignes de la santé publique ont reçu une telle contravention la semaine dernière. 

Bien que ce chiffre reste élevé, il s’agit néanmoins d’une baisse de 20 % par rapport aux 1100 « contraventions COVID » émises la semaine précédente par les cinq plus gros corps de police au Québec. 

À eux seuls, les policiers de Montréal (393), de Laval (59), de Québec (31), de Longueuil (32) et de la Sûreté du Québec (358) ont sévi à un total de 873 reprises pour rassemblement illégal ou autre infraction liée à la pandémie, entre les 12 et 19 avril. 

« C’est un signe que, malgré le beau temps qui se pointe, les gens commencent à comprendre le message et à mieux respecter les consignes », croit le commandant André Durocher, patron des communications au Service de police de la Ville de Montréal. 


La police de Montréal (1841), la Sûreté du Québec (1514), ainsi que les services de police de Laval (286), de Québec (129) et de Longueuil (79) ont sévi à 3849 reprises en six semaines pour ce genre d’infraction, totalisant près de 6 millions $ en amendes et en frais.