/sports/football/rougeetor
Navigation

Dan Basambombo surpris de l’intérêt qu’il suscite

Il n’a pourtant pas joué en 2019 et a confirmé qu’il disputera une autre saison à Laval

rouge or football
Photo d’archives, Simon Clark Dans la mire de cinq équipes, le secondeur Dan Basambombo pourrait se retrouver avec le Rouge et Noir d’Ottawa, ville où il a grandi et disputé son football mineur. On le voit ici à l’entraînement, au PEPS, en septembre 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Inactif en 2019 pour des raisons académiques, Dan Basambombo est très surpris de susciter autant d’intérêt à l’aube du repêchage de la LCF qui se déroulera jeudi. Encore plus qu’il a prévenu toutes les formations qu’il évoluera dans les rangs universitaires la saison prochaine.

« C’est drôle que je sois encore dans la conversation, mentionne le secondeur étoile du Rouge et Or de l’Université Laval d’entrée de jeu. C’est une bénédiction. Je suis chanceux. Je remercie Dieu pour mon talent et mon père pour ses gènes. Des gars qui ont joué l’an dernier n’auront pas cette opportunité d’être repêchés. Je suis content que mes qualités athlétiques et mon talent soient reconnus même si je n’ai pas joué. »

Malgré l’intérêt significatif, Basambombo assure qu’il n’a pas changé son fusil d’épaule et respectera son plan de match.

Initialement quand il a confirmé son retour au jeu en janvier dernier, le secondeur de 6 pi 1 po et 232 livres voulait repousser son année de repêchage à 2021, mais ce n’est pas possible.

Un joueur peut seulement devancer son année de repêchage si jamais il obtient son diplôme en trois ans.

Peut-être un camp

« Mon discours n’a pas changé, a-t-il assuré. J’ai un baccalauréat à finir et j’ai donné ma parole aux gars que je serai de retour à Laval pour une dernière saison. J’ai prévenu les équipes et rien ne changera même si on m’offre une place sur l’équipe régulière. Mon discours est clair et net. »

Basambombo pourrait se laisser tenter par une participation à un camp d’entraînement.

« Si les camps de la LCF et celui du Rouge et Or ne sont pas en même temps, je vais y aller, a-t-il mentionné. Les entraîneurs à Laval m’encouragent à y aller et il s’agira d’une expérience qui pourra me servir. Je veux devenir le meilleur joueur possible. »

De retour à Ottawa avec ses parents depuis le début du confinement, Basambombo pourrait très bien se retrouver avec le Rouge et Noir qui possède un choix territorial à la fin de la 2e ronde.

« On n’a pas discuté de ce scénario, mais j’ai parlé au Rouge et Noir, a-t-il confié. C’est très possible que je me retrouve avec le Rouge et Noir. Montréal a aussi démontré beaucoup d’intérêt. Danny (Maciocia) me connaît bien. Peu importe l’équipe qui me choisira, ça deviendra ma formation préférée. »

Les Alouettes, les Stampeders, les Tiger-Cats et les Blue Bombers ont également démontré un intérêt certain à l’endroit du joueur natif de la République démocratique du Congo qui a participé au Défi Est-Ouest en mai dernier à l’Université Carleton.

Prédiction

« Je ne suis pas surpris qu’il y ait autant d’intérêt, a indiqué son agent Fred Weinrauch. Le talent ne ment pas même s’il n’a pas joué en 2019. Les équipes peuvent attendre un an afin qu’il complète ses études. C’est une bonne décision. Je pense qu’il va sortir entre la 2e et la 4e ronde. »

Basambombo a complété sa session par correspondance.

« Les 18 crédits nécessaires à mon admissibilité sont acquis et il n’y a pas de souci. Je vise à obtenir une bonne moyenne. »

« C’est un rêve d’enfance qui va se réaliser »

Adam Auclair attend ce moment depuis belle lurette.

« C’est un rêve d’enfance qui va se réaliser, a résumé le secondeur hybride du Rouge et Or de l’Université Laval. Ça fait un bout que j’y pense. Je suis excité et étant donné que nous n’avons que ça à penser, l’excitation augmente. »

Classé au 15e rang lors du dernier classement des 20 plus beaux espoirs, publié la semaine dernière, Auclair ne devrait pas patienter trop longtemps.

« Je me vois partir à la fin de la première ronde ou au début de la 2e, a-t-il mentionné. J’ai regardé les besoins des équipes. J’ai parlé à toutes les équipes sauf Toronto. Plusieurs me voient comme secondeur et maraudeur selon les formations défensives utilisées. Quelques-unes me voient principalement comme maraudeur. »

Invité à un mini camp de la NFL, Auclair garde espoir que la situation se résorbe afin de montrer son savoir-faire. « Mon mini camp n’est pas encore annulé, mais les chances sont plus grandes qu’il le soit, a-t-il indiqué. Parce que les OTA (activités d’équipe obligatoires) ont été retardées, il est encore possible que les mini camps aient lieu plus tard. Si ça marche, je vais me défoncer. »

Selon les informations obtenues, que le principal intéressé n’a pas confirmées, les Buccaneers de Tampa Bay, l’équipe de son frère Antony, lui avaient octroyé une invitation.

Assé pourrait partit tôt

Considéré comme le 11e plus bel espoir en prévision du repêchage, Kétel Assé pourrait se faufiler en première ronde étant donné que cinq joueurs dans le Top 9 possèdent des ententes avec des équipes de la NFL.

« Je n’ai pas d’objectif en termes de rondes, a indiqué le bloqueur du Rouge et Or de l’Université Laval. L’important est d’être repêché afin que je puisse évoluer au prochain niveau. J’ai parlé à toutes les équipes de la LCF, sauf Edmonton et la Colombie-Britannique. J’avais toutefois parlé à Edmonton à l’occasion du NFLPA Collegiate Bowl à Los Angeles. J’ai eu droit pas mal aux mêmes questions. »

Invité au camp régional de Montréal du 13 mars qui a été annulé 1 h 30 avant son départ de Québec, Marc-Antoine Pivin regrette de ne pas avoir obtenu l’opportunité de démontrer son savoir-faire aux recruteurs de la LCF. « Je suis déçu parce que je m’étais préparé tout l’hiver, a souligné l’ailier espacé du Rouge et Or. C’est vraiment plate, mais je comprends parfaitement la décision. Il y avait deux tests où j’aurais pu me démarquer. Les “un contre un” permettent aussi de démontrer qui tu es comme joueur. »