/news/coronavirus
Navigation

Courbe de propagation: le Québec a réussi à éviter «une catastrophe», assure une experte

La courbe s’aplatit «depuis plusieurs semaines», selon cette chercheuse

Coup d'oeil sur cet article

Même si le nombre de personnes infectées par la COVID-19 a continué de grimper cette semaine, tout comme le nombre de décès, la courbe de propagation s’est aplatie depuis le début de la pandémie, affirme une experte.  

• À lire aussi: [EN DIRECT DIMANCHE 26 AVRIL] Tous les développements de la pandémie de coronavirus  

• À lire aussi: Coronavirus: 1330 décès en 24 heures aux États-Unis, selon l'Université Johns Hopkins  

Depuis hier, le Québec compte 840 malades supplémentaires, franchissant ainsi le cap des 24 000 personnes infectées, pour un total de 24 107 patients.   

  • Écoutez l'entrevue de la microbiologiste et infectiologue au CHUM Cecile Tremblay avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

Qui plus est, ce sont 1515 individus qui ont perdu leur combat contre le coronavirus à ce jour, une augmentation de 69 par rapport à la veille.  

«Relativement stable»  

Pour Hélène Carabin, chercheuse à la Chaire de recherche du Canada en épidémiologie, la progression de la pandémie depuis quelque temps démontre que les mesures mises en place par le gouvernement Legault pour endiguer la propagation du coronavirus ont eu une certaine efficacité.  

«La théorie d’aplatir la courbe, c’est sûr que ç’a fonctionné. Même qu’elle s’aplatit depuis plusieurs semaines ! Si on regarde le nombre de cas par jour, ça fluctue un peu, mais c’est relativement stable, c’est pas mal plat», indique-t-elle.  

«On a agi très tôt»  

Il y a quelques semaines, le directeur national de la santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, prévoyait que la pandémie allait atteindre son «peak» dans la province autour du 18 avril.  

Si Mme Carabin dit ne pas être en mesure de confirmer si cette prévision s’est révélée exacte, par manque de données, elle soutient que «les Québécois ont travaillé fort et ç’a marché».  

«Au Québec, on a agi très tôt. Si ça n’avait pas été le cas, ç’aurait pu être une catastrophe, dépendamment du nombre de personnes que peut infecter un malade si aucune mesure n’est prise.»  

Elle indique toutefois que les données recueillies jusqu’à maintenant sont difficiles à analyser étant donné les changements de stratégies de dépistage depuis le début de la pandémie.  

Rappelons qu’au début du mois d’avril, M. Arruda et le premier ministre Legault avaient présenté deux scénarios concernant le nombre estimé de décès au 30 avril. Selon le plus optimiste, basé sur l’expérience de l’Allemagne, on prévoyait 1263 morts, tandis que le plus pessimiste, basé sur l’Italie, en prévoyait 8860.   

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres