/news/provincial
Navigation

Lévis exproprie Cominar pour construire sa future centrale de police

Le coût d’acquisition devrait tourner autour de 2,2 M$

Lévis exproprie Cominar pour construire sa future centrale de police
Capture d'écran, Séance du conseil municipal

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Lévis a choisi d’utiliser l’arme de l’expropriation pour acquérir des lots de terrains appartenant à Cominar – à l’intersection du chemin du Sault et du boulevard Guillaume-Couture – en vue d’y construire sa future centrale de police. Le coût d’acquisition devrait tourner autour de 2,2 M$. 

C’est ce que le maire Gilles Lehouillier a fait savoir, lundi soir, quelques minutes avant le début du conseil municipal. Le nouvel édifice, qui regroupera la future centrale et la cour municipale, sera situé juste à côté de l’actuelle centrale, jugée désuète, dans le secteur de Saint-Romuald. 

«C’est le terrain idéal pour nous. Il est très bien situé, en plein cœur du Carrefour Saint-Romuald. On ne pouvait pas demander mieux que ça. C’est le pôle central de la ville», s’est félicité le maire de Lévis. 

Si la Ville a opté pour l’expropriation, c’est uniquement pour accélérer le processus d’acquisition et pouvoir mettre la main sur ce terrain d’ici 90 jours, a assuré l’administration Lehouillier. Les négociations avec Cominar, qualifiées de «bonnes» par le maire, se poursuivent d’ailleurs pour déterminer le prix exact des lots. 

«Ça permet de consolider l’échéancier que l’on a dans ce projet-là, ça réaffirme notre volonté de le réaliser et surtout, comme M. le maire le souhaite, ça nous permet d’accélérer la réalisation du projet», a fait savoir Christian Tanguay, directeur général adjoint de la municipalité. 

Ce dernier a rappelé que la municipalité a étudié quatre ou cinq scénarios avant de jeter son dévolu sur ce terrain de 26 466 m2. Le futur bâtiment fera d’ailleurs 9600 m2

«On veut se rapprocher des grands axes de circulation. Le nouvel édifice sera positionné près des services de transport en commun», a ajouté M. Tanguay. 

Aucun dépassement de budget toléré 

Le maire Lehouillier a également précisé qu’il y aura «quelques centaines de cases de stationnement» dans la future centrale, dont un tiers «minimalement» en sous-terrain. 

Selon lui, «pendant que la nouvelle centrale se construit, on n’est pas obligés de reloger nos policiers ailleurs. La centrale est construite à côté. Puis, elle [l’ancienne bâtisse] va être démolie».   

Invité à réagir, Marc Allard, président de la Fraternité des policiers de Lévis, a affirmé que le syndicat n’a pas été associé au choix du terrain. «Que la centrale soit à cet endroit, il n’y a pas de problème, a-t-il toutefois convenu. Si la construction va vite, tant mieux. Ça fait tellement longtemps qu’on nous promet ça.» 

Malgré l’actuelle crise sanitaire de la COVID-19, les travaux de la nouvelle centrale de police doivent débuter au printemps 2021 et être achevés en 2023-2024, estime le maire. 

La Ville de Lévis a déjà assuré qu’elle ne tolérerait aucun dépassement de coût pour le nouvel édifice de 52,8 M$.