/finance/business
Navigation

Une réouverture qui tombe à point

Les libraires et les disquaires veulent assurer la sécurité de leur clientèle

dimanche Quebec, coups coeur, Jean Brouillard
Photo d’archives, Simon Clark Plusieurs établissements, dont la Librairie Pantoute, pourront rouvrir leurs portes à compter du lundi 4 mai.

Coup d'oeil sur cet article

Les librairies et les disquaires avec une porte extérieure pourront retrouver leur clientèle à compter du 11 mai dans la région de Montréal, et dès lundi ailleurs au Québec. Accueillie avec soulagement, la réouverture de ces commerces amène son lot de défis.  

Après cinq semaines de fermeture, la mesure tombe à point, même si les libraires ont réussi, avec les ventes en ligne, à garder la tête hors de l’eau. 

«Ça nous prenait ça», a lancé Katherine Fafard, directrice générale de l’Association des libraires du Québec. Un regroupement de 134 membres, avec quelques-uns qui sont à l’extérieur de la province. 

Une grande partie des achats qui sont faits chez les libraires est effectuée par les écoles primaires et des bibliothèques publiques. Il devenait complexe, dans la situation actuelle et avec la fermeture des écoles, de mettre en place cette importante opération. «Le gros des achats scolaires se fait en avril, mai et juin. C’est un poids qui va s’enlever sur leurs épaules», a-t-elle précisé, lors d’un entretien téléphonique. 

La manipulation 

Avec une ouverture dans cinq jours, les librairies hors de Montréal devront se revirer rapidement afin de pouvoir ouvrir leurs commerces en respectant les mesures sanitaires. 

La grande majorité des librairies indépendantes ont pignon sur rue, ou elles sont situées dans un centre commercial avec une porte d’accès vers l’extérieur. Il y a quelques cas d’exception, mais ces libraires pourront accéder à leur commerce, faire les livraisons et traiter les commandes en provenance du site leslibraires.ca. 

L’Association des libraires indépendants encadrera ses membres dans cette opération de réouverture. 

«Ils auront des recommandations sur la façon de faire et pourront assister à une conférence en ligne avec une experte en hygiène respiratoire. Des modes de fonctionnement seront suggérés afin de permettre aux gens de bouquiner dans un contexte sécuritaire avec des livres qui sont manipulés. C’est quelque chose qui ne doit pas être fait de manière précipitée. Il n’y a pas d’obligation d’ouvrir le 4 mai», a fait remarquer Katherine Fafard.  

La direction commune de Renaud-Bray et Archambault étudie, de son côté, la décision gouvernementale. 

Propriétaire de la boutique de disques Le Knock-Out, dans Saint-Roch, Roxann Arcand est en réflexion. 

«Ce qui est le fun dans un magasin de disques, c’est de taponner les albums­­­. Il y a beaucoup de manipulation. Je n’ai pas envie d’être malade et je n’ai pas envie que des clients le soient à cause de moi, et vice-versa. Je n’ouvrirai pas n’importe comment. J’ai envie que l’endroit demeure convivial tout en prenant des précautions», a-t-elle fait savoir. 

Jean-Baptiste Duvignaud, proprio d’Explosive Groove Disquaire, à Limoilou, a l’intention de mettre une station de lavage des mains à l’entrée. Il pense aussi à l’utilisation de masques et à limiter l’accès à son commerce.

Après cinq semaines de fermeture et sans la présence d’un site transactionnel, il a hâte de pouvoir ouvrir son établissement situé sur la 1ère Avenue.

«C’est une bonne nouvelle. J’utilise très peu internet et mon commerce fonctionne avec de la vente en direct avec les gens. C’était très au ralenti», a-t-il mentionné

Le disquaire ne croit pas avoir de la difficulté à relancer sa petite entreprise qui a vu le jour à l’automne 2018.

«Mes heures d’ouverture vont peut-être un peu changer jusqu’à ce que tout se replace. Il n’y a jamais 200 clients en même temps dans mon commerce. Ça devrait être relativement facile à gérer», a-t-il laissé tomber.