/news/provincial
Navigation

Les élus de L’Ancienne-Lorette rendent hommage à Émile Loranger

Emile Loranger
Photo d’archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Les élus de L’Ancienne-Lorette ont rendu hommage, mardi soir, au maire Émile Loranger qui est décédé dans l’exercice de ses fonctions au début du mois.

• À lire aussi: Le maire Loranger meurt subitement à 73 ans

Les membres du conseil ont observé une minute de silence à l’occasion de la première séance du conseil municipal depuis son départ subit. Rappelons que M. Loranger, âgé de 73 ans, avait été admis d’urgence à l’hôpital et qu’il avait rendu l’âme dans la nuit du 1er au 2 avril à la suite de complications cardiaques.

La Ville de L’Ancienne-Lorette organisera des funérailles civiques ultérieurement, dès que la situation le permettra, en raison de la pandémie. Les citoyens peuvent continuer à envoyer leurs messages de sympathie aux proches de M. Loranger. Plus de 125 messages ont été publiés sur le site web de la municipalité

Emile Loranger
Capture d'écran

Fait à noter, la séance du conseil n’a pas été webdiffusée en direct comme à l’habitude, mardi soir, en raison de problèmes de son et de pépins informatiques insolubles. Elle a été enregistrée et a été mise en ligne plus tard durant la nuit sur la plateforme YouTube.

La séance était présidée par la mairesse par intérim, Sylvie Papillon, la seule qui prenait place dans la salle du conseil. Les autres conseillers et les hauts fonctionnaires ont participé à la visioconférence à partir de leur domicile. Le conseiller Charles Guérard a été désigné « maire suppléant » par ses pairs, afin d’épauler Mme Papillon.

Pour l’instant, rien ne permet d’envisager la tenue d’une élection partielle dans le contexte actuel, même si la loi prévoit habituellement un délai maximal de quatre mois. Cette règle ne tient plus en raison de la crise.

Enquêtes abandonnées

Par ailleurs, bien que prévisible, les enquêtes en cours menées par la Commission municipale du Québec (CMQ) au sujet de présumées entorses à l’éthique, concernant M. Loranger, ont été officiellement abandonnées, a-t-on confirmé. «Le décès de M. Loranger nous amène à clore tous les dossiers et enquêtes rendues publiques le concernant», a indiqué la porte-parole de la CMQ, Isabelle Rivoal.

Les élus de L’Ancienne-Lorette, qui ne sont pas tous dans le même camp, ont par ailleurs voulu tourner la page sur la controverse qui avait éclaté à la suite du départ de l’ancien greffier, Me Claude Deschênes, en février dernier. Les conseillers Gaétan Pageau et Charles Guérard avaient alors provoqué les foudres du maire Loranger en laissant sous-entendre que son départ s’apparentait plutôt à un «congédiement déguisé» ou une «démission forcée».

Indigné, le maire avait répliqué en annonçant son intention de poursuivre en diffamation les deux élus qui n’ont finalement jamais reçu une mise en demeure. La mairesse par intérim, Sylvie Papillon, et trois de ses collègues, ont décidé de ne pas engager des frais juridiques additionnels à la charge des contribuables. Ils ont cependant condamné vertement leurs propos dans une longue lettre qu’ils ont cosignée, leur reprochant d’avoir nui à la réputation de la Ville avec leurs «prétentions mensongères».

«C’est terminé, ce dossier-là est clos. Je n’en parle plus à quiconque», a conclu Mme Papillon, après avoir lu la lettre dans son intégralité.

Indemnité versée à la succession

Les Lorettains ont également été informés que la succession de M. Loranger recevra une indemnité de départ et une allocation de transition totalisant 128 000 $ à laquelle il avait droit. La loi oblige la municipalité à procéder de la sorte pour l’indemnité de départ de 40 00 $ alors que l’allocation de transition de 88 000 $ sera versée en vertu d’un règlement de la Ville adopté en 2009, a précisé la greffière lors de la séance du conseil.