/entertainment/music
Navigation

Plus de 1M de vues pour sa reprise

Martin Théberge rêve toujours de devenir chanteur

Martin Théberge
Photo courtoisie, Jean-Charles Labarre Martin Théberge a enregistré Tous les cris, les S.O.S. avec le pianiste Benoit Sarrasin.

Coup d'oeil sur cet article

Un ex-animateur de radio qui a décidé de réanimer son rêve de devenir chanteur a touché une corde sensible avec sa reprise de Tous les cris, les S.O.S. : le vidéoclip tourné à Hawaï a été vu plus de 1,1 million de fois depuis sa mise en ligne sur Facebook le 1er avril.  

Sur la page de Martin Théberge, qui a gagné 100 000 abonnés au cours des dernières semaines, les éloges fusent pour sa version toute en retenue et à fleur de peau du succès du défunt Daniel Balavoine, popularisé chez nous par Marie-Denise Pelletier, en 1987.    

«Il y a des gens qui m’écrivent de belles choses du genre que Belavoine serait vraiment heureux d’entendre cette chanson-là», relate Martin Théberge, joint à sa résidence de Val-des-Monts, en Outaouais.    

Des vedettes québécoises comme Mario Pelchat et Lynda Lemay ont partagé le vidéoclip avec leurs admirateurs. «Ça donne un p’tit boost», convient le chanteur.    

Un vieux rêve  

Originaire de la région de Matane comme Isabelle Boulay, avec qui il partage un amour «pour la grande ballade qui n’en finit plus», Martin Théberge rêvait «de devenir un grand chanteur» au début des années 2000.    

Il a participé à plusieurs concours, fait la première partie de Véronic DiCaire, mais a fini par mettre la musique de côté au profit de l’animation à la radio.    

Mais son vieux rêve n’était pas mort. Quand il a eu 40 ans, après avoir vu son père et sa mère combattre le cancer, Martin Théberge a décidé qu’il était temps de retourner à la musique.    

Faire des spectacles  

Il s’est donc rendu au studio Piccolo de Montréal et, flanqué du pianiste Benoit Sarrasin, a identifié 13 chansons qu’il souhaitait enregistrer en vue de sortir un album.    

Parmi les titres de Sylvain Lelièvre, Daniel Bélanger et Mario Pelchat auxquels il s’est frotté, Tous les cris, les S.O.S. s’est imposé comme premier extrait.    

«Je viens de l’école de Star Académie, avec les grandes envolées vocales, dit Martin Théberge. Quand Benoit s’est assis au piano et jouait tout en douceur, ça contrastait. Donc, je suis allé chercher un ton petit, petit, petit. J’habite en appartement et Benoit me disait: pense toujours qu’on ne veut pas déranger le voisin. Ça a donné cette fragilité dans la chanson.» 

Maintenant que le succès cogne à sa porte, le chanteur gaspésien jongle avec divers scénarios. Sortir un album complet, des chansons à la pièce? Tout est envisageable.    

Chose certaine, il souhaite en profiter.    

«Je ne veux pas partir en peur, mais j’aimerais faire quelques spectacles quand ça va reprendre. Il y a de belles salles près de chez nous, au Bic ou à Saint-Fabien. J’ai passé devant un million de fois dans ma vie en me disant peut-être qu’un jour...»