/news/education
Navigation

COVID-19: les commissions scolaires fourniront des masques sur demande aux profs

Le ministre Roberge refuse toujours de fournir l’équipement à tous les enseignants

Coup d'oeil sur cet article

Des commissions scolaires ont l’intention de fournir des masques sur demande à leurs enseignants alors que le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, refuse toujours que le couvre-visage soit fourni pour tous les enseignants lors du retour en classe.

• À lire aussi: COVID-19: Déconfinement sous haute surveillance au Québec 

• À lire aussi: École ou pas? La Dre Quach vous aide 

• À lire aussi: COVID-19: voici comment fonctionnera le déconfinement des enfants 

Selon une compilation réalisée par Le Journal, au moins une dizaine de commissions scolaires ont entrepris des démarches pour se procurer des masques réutilisables afin d’en distribuer aux enseignants qui en feront la demande. La commission scolaire Sorel-Tracy aura même des visières pour ceux qui voudront en porter (voir autre texte plus bas).

«On va leur en fournir au besoin, pour les rassurer», affirme Bernard D’Amours, directeur général de la commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs, située au Bas-St-Laurent. Des commandes ont été passées, notamment auprès d’entreprises locales, indique-t-il.

À la commission scolaire Marie-Victorin, sur la Rive-Sud de Montréal, des démarches sont aussi en cours et on prévoit même en produire à l’interne. Des bénévoles pourraient fabriquer des couvre-visages en tissu dans un atelier de couture d’une école secondaire, selon les recommandations de la santé publique.

«Notre volonté, c’est de fournir un maximum d’équipement de protection à notre personnel», affirme sa directrice générale, Marie-Dominique Taillon.

Des organisations syndicales sont aussi à pied d’œuvre. Le Syndicat de l’enseignement de la région de Vaudreuil a entrepris des démarches pour fournir des visières à ses profs, s’il obtient le feu vert de ses membres pour aller de l’avant.

«La visière, ça te protège toi et non les autres», fait valoir sa présidente, Véronique Lefebvre.

De son côté, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) évalue la possibilité de fournir des masques lavables à ses membres et a entrepris des démarches auprès de fournisseurs.

Il est toutefois difficile d’évaluer dans quelle proportion les enseignants qui reviendront au travail réclameront un masque, indique-t-on.

De son côté, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a de nouveau refusé jeudi de fournir des masques pour tous les enseignants puisqu’il ne s’agit pas d’une recommandation de la santé publique.

Du matériel de protection pourrait toutefois être fourni aux enseignants qui travaillent auprès d’élèves à besoins particuliers avec qui le maintien d’une distance de deux mètres est difficile, voire impossible. « La santé publique nous a dit que c’est une bonne idée», a-t-il affirmé.

Un guide plus complet sur les mesures de santé et de sécurité à mettre en place dans le contexte du retour en classe sera transmis au réseau scolaire au cours des prochains jours.

La Fédération autonome de l’enseignement a par ailleurs réclamé jeudi des visières, des gants et des blouses pour tous les enseignants qui devront intervenir auprès d’un élève à moins de deux mètres de distance.

Cette fédération syndicale réclame aussi des appareils permettant de prendre la température sans contact dans les écoles et des masques pour les enseignants «qui en font la demande».

Des visières fournies à la commission scolaire Sorel-Tracy

La commission scolaire Sorel-Tracy fournira des masques et des visières à tous les enseignants qui en feront la demande.

Une entreprise locale, dont le propriétaire est le conjoint d’une enseignante, a offert de fournir gratuitement cet équipement à la commission scolaire, indique Christine Marchand, secrétaire générale de la commission scolaire Sorel-Tracy.

«L’entreprise produit déjà des visières pour le milieu hospitalier, c’était une belle opportunité pour nous», affirme-t-elle.

Des masques seront aussi disponibles pour ceux qui en voudront. «Nous avons quand même comme obligation comme employeur de fournir un milieu de travail sain et sécuritaire alors on a pris les devants. On a passé une commande pour avoir des masques réutilisables pour les enseignants qui sentiraient le besoin de s’en servir», ajoute-t-elle.

Impossible toutefois de savoir pour l’instant combien d’enseignants voudront porter le matériel de protection en classe. Certains profs en avaient toutefois fait la demande auprès de leur direction d’école, indique Mme Marchand.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.