/entertainment/comedy
Navigation

François Bellefeuille: de vives inquiétudes pour la suite

François Bellefeuille: de vives inquiétudes pour la suite
PHOTO COURTOISIE/FACEBOOK

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Capsules comiques sur sa page Facebook, participation à l’émission Les suppléants de Télé-Québec, idées en développement pour son balado: François Bellefeuille se tient occupé pendant le confinement. Une façon pour lui, il ne s’en cache pas, de calmer les vives inquiétudes qui l’assaillent souvent par rapport à la pandémie de COVID-19. 

• À lire aussi: Les suppléants: de l’algèbre avec François Bellefeuille! 

«Si j’ai trop de temps à être dans ma tête, j’ai peur de faire trop d’anxiété, admet l’humoriste en entrevue, d’un ton calme. Ça me fait du bien de me garder occupé.»  

«On n’est pas à plaindre, j’avais de l’argent de côté, mais c’est la première fois que je vis une situation où je ne sais pas à quel moment je vais pouvoir recommencer à gagner ma vie», ajoute-t-il en toute franchise.  

Tournée interrompue  

La pandémie a bouleversé bien des éléments de l’horaire de François Bellefeuille. D’abord, sa tournée Le plus fort au monde, qui «marchait vraiment très fort» aux dires du principal intéressé (220 000 billets vendus jusqu’ici), a été interrompue.  

Bellefeuille s’en dit déçu, lui qui prévoyait continuer de promener cette production jusqu’en février 2021 et qui devait procéder en octobre prochain à l'enregistrement du spectacle pour une éventuelle diffusion sur d’autres plateformes.  

«Ce dont je m’ennuie le plus, c’est les spectacles, avance-t-il. J’ai hâte que ça recommence, mais je veux que ça recommence correctement. Je comprends que ce ne serait pas le temps de faire un spectacle dans une grande salle demain. J’ai hâte de voir comment ça va se passer. Je pense à tout le monde, là-dedans: les techniciens, les diffuseurs, les salles, mon équipe de production... C’est fou à quel point tout s’est arrêté d’un coup.»  

«On ne sait pas non plus dans quelle atmosphère on sera en sortant de tout ça, se hasarde-t-il ensuite à réfléchir. Qu’est-ce qui va nous faire rire? On pourra rire encore, après, mais je me demande ce que je devrai changer dans mon show.»  

L’anglais, pour plus tard  

Il devait également offrir une prestation d’une heure en anglais à Ottawa, à la mi-mai, mais il a évidemment dû réviser ses plans à cet égard. Un revirement qui ne le contrarie toutefois pas trop et qui l’a amené à reconsidérer ses priorités.  

«Je n’ai pas pu me préparer, c’est vraiment tombé à l’eau. Mais je ne pense pas me remettre à faire de l’anglais de sitôt. Je vais d’abord m’assurer que tout va bien en français. Ce n’est pas le temps de penser à essayer de percer le marché anglophone. Je me rends compte que je suis choyé du côté francophone, et on dirait que j’essaie de revenir à la base. Autant dans mes dépenses qu’au niveau artistique!» philosophe Bellefeuille.  

L’artiste songeait aussi à l’écriture d’un projet destiné à la télévision, mais le nuage noir de la COVID-19 a assombri son inspiration.  

«Ça m’a comme bloqué. Je ne suis plus capable de penser à ça, parce que j’ai de la difficulté à visualiser ce qui va m’intéresser comme histoires après tout ça. Donc, j’ai mis ça sur la glace.»  

Prof de maths  

Heureusement, tout n’est pas noir dans le petit monde de François Bellefeuille. Il s’est bien amusé à créer des vignettes d’enseignement des mathématiques pour l’émission d’après-midi de Télé-Québec, Les suppléants, qui s’adresse aux élèves du secondaire (enclasse.telequebec.tv), une mission qu’il a prise très au sérieux.  

«Beaucoup d’adolescents m’écrivent, étant donné que je suis un personnage assez coloré et expressif. Ça parle aux jeunes, parce que je vais beaucoup dans la folie», signale le professeur d’un jour.  

Il espère par ailleurs recommencer à travailler bientôt sur son balado 3,7 planètes, dans lequel il parle d'environnement et qui obtenait un beau succès sur ICI Première depuis l’automne dernier. Sur sa page Facebook, il a aussi lancé l’émission web Pas besoin de pantalon, qui met à contribution des gens du public et dont un nouvel épisode est mis en ligne chaque vendredi. Enfin, la vidéo où on le voit se «décoiffer» (oui, François Bellefeuille a maintenant les cheveux courts), en réponse au Défi têtes rasées de Leucan, a généré plus de 14 000 commentaires et plus de 36 000 partages, seulement sur Facebook.