/news/coronavirus
Navigation

Plan de déconfinement: Legault veut jouer «à la roulette russe»

Le plan du Québec écorché dans le Canada anglais

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault essuie de virulentes critiques des médias du Canada anglais pour son plan de déconfinement du Québec, que certains comparent à un coup de dés ou à la roulette russe. 

• À lire aussi: Tous les développements sur la pandémie de coronavirus  

La vie doit continuer, a dit Legault en annonçant son plan. Oui, mais en pleine pandémie, la mort aussi », concluait hier l’éditorial du quotidien Hamilton Spectator coiffé du titre Le Québec lance les dés de la COVID-19. 

Le retour en classe à partir du 11 mai et la réouverture progressive des commerces dès lundi « arrivent trop tôt » dans la province la plus touchée au pays. 

« Le Québec a de nouveau montré qu’il forme une “société distincte” cette semaine, mais d’une très mauvaise façon », a ironisé le journal ontarien. 

Pas à l’école 

Le quotidien Toronto Sun a renchéri en accusant le premier ministre de vouloir jouer à « la roulette russe avec les jeunes du Québec ». 

« Si j’étais un parent au Québec, il serait hors de question de laisser mon enfant retourner à l’école le 11 mai », écrivait jeudi le chroniqueur Mark Bonokoski. 

Les yeux du reste du pays seront fixés sur le Québec durant les prochaines semaines, d’après le National Post

« Le Québec a subi le plus grand nombre de cas et de décès de COVID-19, mais il se prépare à rouvrir ses commerces et ses écoles plus vite qu’ailleurs au pays. Le contraste avec les autres provinces qui ont décidé d’avancer plus lentement – même celles où l’on ne rapporte plus de nouveau cas – est saisissant », y lisait-on mardi. 

Le Globe and Mail a signalé que « l’approche prudente de l’Ontario tranche avec celle, plus audacieuse, du Québec ». 

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford
Photo courtoisie
Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford

La stratégie « drastiquement différente » du Québec par rapport à celle du premier ministre ontarien, Doug Ford, « pourrait très mal tourner », d’après le Toronto Star.     

« J’aime les Québécois [...] mais restez chez vous », a déclaré le premier ministre ontarien­­­, Doug Ford, cité en première page du <i>Toronto Star</i> le 30 avril.
Capture d'écran
« J’aime les Québécois [...] mais restez chez vous », a déclaré le premier ministre ontarien­­­, Doug Ford, cité en première page du Toronto Star le 30 avril.

« Si la réouverture hâtive des écoles mène rapidement à une deux-ième vague de cas et de décès, le gouvernement Legault devra en assumer la responsabilité, en plus de devoir potentiellement confiner la population une seconde fois », selon la journaliste Rosie DiManno. 

Jeudi, le quotidien Calgary Sun a applaudi le plan de relance du premier ministre albertain Jason Kenney en plaidant qu’il était temps. 

« Les statistiques montrent que l’Alberta ne sera pas la prochaine Italie [...]. Nous ne sommes même pas proches d’être le prochain Québec », clamait le chroniqueur Rick Bell, dans cette province de l’Ouest qui rapportait 89 décès de la COVID-19 hier, un seul de plus que les 88 au CHSLD Sainte-Dorothée, à Laval. 


♦ Le magazine Maclean’s a rappelé que le Québec demeurait « l’épicentre de la pandémie au Canada » et que Montréal restait « l’un des pires foyers de l’épidémie en Amérique du Nord ».