/news/coronavirus
Navigation

Agent de sécurité, un job en demande en raison de la COVID-19

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le Québec amorce tranquillement son déconfinement, les commerçants s'arrachent les services des agents de sécurité.  

• À lire aussi: La PCU étudiante, un obstacle au recrutement  

Près de 3000 permis temporaires ont même été délivrés depuis le début de la pandémie pour faire face à la demande grandissante.  

Ces jours-ci, les besoins les plus criants proviennent des épiceries, des pharmacies et des résidences pour aînés.   

Plusieurs agences de sécurités rencontrées par TVA Nouvelles ont avoué devoir refuser des contrats en raison de la pénurie de main d’œuvre. Le Bureau de la Sécurité privée a donc facilité l’accès aux permis temporaires.  

En temps de crise, celui-ci est valide 120 jours, et peut être renouvelé. Contrairement aux travailleurs réguliers, les agents temporaires n’ont pas à suivre la formation habituelle de 70 heures. Seule une vérification des antécédents judiciaires est nécessaire.   

Le processus est aussi beaucoup plus rapide.    

«Avant ça prenait un mois et maintenant on peut avoir un permis en 1 ou 2 jours», a expliqué Claude Paul-Hus, directeur général du Bureau de la Sécurité privée.  

Bien que l’aide financière du gouvernement fédéral nuit à l’embauche de nouveaux travailleurs, les agences estiment qu’entre 35% et 50 % des nouveaux employés resteront en poste après la pandémie.