/weekend
Navigation

Dans la boîte de 45 tours

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de la crise, le premier ministre François Legault insiste : il faut prendre soin de nos aînés. Au Journal, nous l’avouons, on les avait oubliés. Nos listes musicales publiées ces dernières semaines s’adressaient davantage aux plus jeunes. Il est temps de s’occuper de nos lecteurs plus âgés. Cédric Bélanger et Yves Leclerc ont eu le plaisant mandat de réveiller vos souvenirs musicaux québécois. À vos années 1960 et 1970, mesdames et messieurs !  

La dame en bleu  

Michel Louvain
Photo d'archives
Michel Louvain

Michel Louvain  

(Cédric Bélanger) Yves, pendant que tu fouines dans tes vieux disques de prog, et comme je sais que tu n’iras pas là de toute manière, je sors un as de cœur d’entrée de jeu. Qui symbolise le mieux cette époque de la chanson populaire que Michel Louvain, avec sa célèbre Dame en bleu ? Je ne te ferai pas croire que j’écoutais ça en boucle dans le temps où je me tapais du Metallica et du Nirvana, mais j’ai un immense respect pour cet artiste d’une générosité sans failles avec ses fans.    

  • À écouter du même artiste : Louise, Un certain sourire   

Señor météo  

Patrick Zabé
Photo d'archives
Patrick Zabé

Patrick Zabé  

(Yves Leclerc) Tu sais, j’ai une vieille boîte avec plein de 45 tours chez moi. Ça trahit un peu mon âge. Je suis tombé sur Señor météo de Patrick Zabé. Le bonhomme était une machine à « hits » dans le temps. Savais-tu que cette chanson avait été écrite par Joe Dassin ? Je l’ai choisie pour faire changement d’Agadou et parce que nous, les Québécois, on aime ça parler de météo.    

  • À écouter du même artiste : Agadou dou dou, Ah c’qu’on est bien dans son bain   

Avant de me dire adieu  

Les Classels
Photo d'archives
Les Classels

Les Classels  

(CB) Dis-moi que tu as ce classique des Classels dans ta boîte ! Une collection sans les « la, la, la » les plus célèbres de la chanson québécoise est une collection incomplète. C’est indiscutable.    

  • À écouter du même groupe : Ton amour a changé ma vie, Le sentier de neige   

L’anneau d’amour  

Guy Harvey et les Gendarmes
Photo d'archives
Guy Harvey et les Gendarmes

Guy Harvey et les Gendarmes  

(YL) J’étais certain d’en avoir un, mais non. J’ai toutefois quelque chose qui va bien avec ton choix et avec cette époque. C’est une chanson d’après rupture. Les adieux ont même déjà été faits. Ils ont la séquence complète avec Ne me quitte pas et Vivre sans toi.    

  • À écouter des mêmes artistes : Reviens vers moi, Carole   

Nancy Beaudoin  

Aut’chose
Photo d'archives
Aut’chose

Aut’chose  

(CB) Chaque fois que je fais une liste de lecture pour Le Journal, il arrive un moment où j’ai besoin que ça brasse. C’est plus fort que moi. Pour lancer le segment rock, j’opte pour les guitares incisives de la bande de Lucien Francoeur. En prime, il n’y a rien de plus cool qu’une toune de rock qui porte le nom d’une personne.    

  • À écouter du même artiste : Le freak de Montréal, Chanson d’épouvante   

J’entends frapper  

Michel Pagliaro
Photo d'archives
Michel Pagliaro

Michel Pagliaro  

(YL) Bonne idée, collègue, d’aller vers ce qui grafigne un peu plus. Pag a été un de premiers vrais rockers québécois. Il était cool et il l’est encore cinquante ans plus tard, même s’il tarde à lancer ce fameux album toujours en construction. Il a écrit plusieurs bons hymnes rock, mais J’entends frapper demeure un classique.    

  • À écouter du même artiste : Rainshowers, Fou de toi   

Promenade sur Mars  

Offenbach
Photo d'archives
Offenbach

Offenbach  

(CB) À part le style musical, je vais faire un autre lien entre J’entends frapper et ce hit d’Offenbach : il fait partie du pacing de tous les chansonniers que j’ai entendus dans les bars depuis mes jeunes années dans le Bas-du-Fleuve. On abuse souvent du mot incontournable. Ici, c’est justifié.    

  • À écouter du même groupe : Faut que j’me pousse, Câline de blues   

Vert  

Harmonium
Photo d'archives
Harmonium

Harmonium  

(YL) Tu viens de me rappeler de bons souvenirs associés à l’écoute de leur album Traversion. Parlant d’incontournable, c’est difficile de passer à côté d’Harmonium. J’ai choisi Vert de l’album Si on avait besoin d’une cinquième saison, où la formation propose des pièces plus élaborées. J’aurais aimé les voir en spectacle, mais j’étais trop jeune lors du passage de la tournée de l’Heptade à Québec.    

  • À écouter de la même formation : Le premier ciel, Dixie   

Ordinaire  

Photo d'archives

Robert Charlebois  

(CB) Et nous voilà chez les artistes majeurs de la musique québécoise de cette époque. Les monuments. Je vais faire un tour chez Charlebois parce que dans mon palmarès personnel, au Québec, il n’existe pas plus belle chanson qu’Ordinaire. Son crescendo est magnifique. Juste pour ça, Robert, tu peux me traiter de raté sympathique tant que tu vivras.    

  • À écouter du même artiste : Lindberg, Je reviendrai à Montréal   

Hymne à la beauté du monde  

Diane Dufresne
Photo d'archives
Diane Dufresne

Diane Dufresne  

(YL) Ordinaire, ça, je l’avais dans ma boîte de 45 tours. Après Charlebois, il y a eu Diane. La grande Diane Dufresne. Excentrique et provocatrice. Il faut voir la pochette de l’album À part de d’ça, j’me sens ben – Opéra-cirque, lancé en 1973, avec les célèbres fleurs de lys peintes sur ses seins. C’est aussi une grande voix et une artiste qui a toujours regardé devant. Elle a été la première artiste québécoise à présenter un spectacle au Stade olympique. C’était le 16 août 1984 devant 55 000 personnes.    

  • À écouter de la même artiste : J’ai rencontré l’homme de ma vie, Rock pour un gars d’bicycle   

Liverpool  

Renée Martel
Photo d'archives
Renée Martel

Renée Martel  

(CB) Une autre voix féminine a bercé les années 1960 et 1970. Certains la désignent comme notre reine du country, avec raison, mais il ne faut pas oublier que Renée Martel a connu une période pop faste grâce notamment à son Liverpooooooool.    

  • À écouter de la même artiste : Je vais à Londres, Un amour qui ne veut pas mourir   

Ce soir on danse à Naziland  

Nanette Workman
Photo d'archives
Nanette Workman

Nanette Workman  

(YL) Je ne sais pas pour toi, mais j’ai toujours aimé Nanette. Oui, elle est née dans le Bronx, mais elle est devenue, au fil des années, une québécoise d’adoption à 100 %. À l’aise dans une variété de styles, elle est, selon moi, avec Marjo, une de nos plus grandes rockeuses. Et elle a été choriste avec les Stones.    

  • À écouter de la même artiste : Le temps de m’y faire, Wild Horses   

La danse à Saint-Dilon  

Gilles Vigneault
Photo d'archives
Gilles Vigneault

Gilles Vigneault  

(CB) Qui n’aime pas Nanette ? Et qui n’aime pas Gilles Vigneault ? Je garde un souvenir ému de son concert sur les plaines d’Abraham, en 2010 au Festival d’été. Un frisson de bonheur avait parcouru la foule quand il s’était mis à giguer pendant La danse à Saint-Dilon. J’avais terminé sa critique en le remerciant pour cette soirée magique.    

  • À écouter du même artiste : Tout l’monde est malheureux, Jack Monoloy   

Mon pays  

Patsy Gallant
Photo d'archives
Patsy Gallant

Patsy Gallant  

(YL) Tu ne me croiras peut-être pas, mais Patsy Gallant, notre reine du disco, a fait une version dansante de Mon pays de Gilles Vigneault ? Oui, oui, j’ai le 45 tours. Elle a même utilisé la mélodie de ce classique pour son succès From New York to L.A. Je l’ai vue en spectacle, le printemps dernier, lors de la Tournée des idoles et elle avait été impressionnante. Elle était dans une tout autre catégorie avec sa voix puissante.    

  • À écouter de la même artiste : Sugar Daddy, Besoin d’amour   

Le chat du café des artistes  

Jean-Pierre Ferland
Photo d'archives
Jean-Pierre Ferland

Jean-Pierre Ferland  

(CB) Comme tu es mon aîné d’une douzaine d’années, je te crois sur parole et t’annonce que, tant qu’à faire dans la royauté, nous avons gardé le petit roi pour la fin. J’ai choisi ce titre à l’ambiance inquiétante, très avant-gardiste pour l’époque, à tel point que Charlotte Gainsbourg en a enregistré une reprise arrangée par nul autre que Beck, en 2009.    

  • À écouter du même artiste : Le petit roi, Qu’est-ce que ça peut ben faire