/weekend
Navigation

Sarahmée commente sa liste de lecture: «Jouez, jouez du rap»

Sarahmée
Photo courtoisie, Sarahmée

Coup d'oeil sur cet article

Recluse comme nous tous, Sarahmée s’ennuie de monter sur scène. «J’ai l’impression que ça ne va pas revenir de sitôt», confie la rappeuse au téléphone. L’occasion est donc belle de répondre présent à l’appel de l’ADISQ de lui élaborer une liste de lecture et ensuite d’en discuter avec Le Journal.  


Bonjour Sarahmée. Dis-moi d’abord, avant qu’on jase de tes choix musicaux, est-ce que le confinement va avoir un impact sur tes futures chansons?  

«Oui et ce n’est pas très positif (rires). J’ai un studio chez moi mais je n’ai pas le goût de faire de la musique. Quand j’écris, je dois être dans un certain mood et l’ambiance ne me donne pas envie d’écrire. Je n’ai pas eu un boost de création.»    


À défaut d’en faire, écoutes-tu davantage de musique?  

«Ouais. Je découvre. Quand les gens publient des affaires, je vais voir. Je prends le temps de faire des choses qu’habituellement je ne fais pas. Ça me fait du bien. Je découvre de nouveaux artistes, de nouvelles applications et je fais plein de mots croisés, sans arrêt. Hier, j’en ai fait sept pages.»    


Quand nous t’avons choisi pour discuter de ta liste de lecture, on s’est dit qu’on aurait du hip hop. Nous ne nous étions pas trompés.  

«(rires) C’est hip hop et pop. En fait, il y a beaucoup plus de hip hop à cause de l’exigence d’avoir un minimum de franco. Parce qu’en musique francophone, j’écoute beaucoup plus de rap. Pour le reste, j’écoute beaucoup de la pop anglophone. Et moi, quand j’aime des chansons, je les réécoute beaucoup. Les chansons de rap que j’ai choisies sont celles que j’ai beaucoup écoutées depuis le début de l’année.»    


Pourquoi préfères-tu le rap en français?  

«Parce que j’écoute attentivement ce que les rappeurs francophones font, ce qu’ils ont écrit, comment ils l’ont écrit et comment ils l’ont fait. Je réécoute les flows, la technique. Ce sont des choses qui m’intéressent.»    


Dans le rap québécois, tu as choisi des évidences comme Loud mais aussi des noms moins connus, comme MB.  

«MB est moins connu médiatiquement mais il a quand même un gros public. Ce sont des gars qui sont en train d’établir leur structure, leur carte de visite. On commence à voir la signature de 514. Il y a une belle évolution.»    


Je remarque aussi que la totalité de ta liste est constituée de chansons très courtes. Peu de titres vont au-delà des trois minutes.  

«C’est drôle, je n’avais pas noté. C’est peut-être pour cela que je les écoute en boucle, ça finit trop vite. Mais c’est efficace. Une bonne chanson courte donne ce résultat. Tu la recules et tu la réécoutes. Cela dit, ça dépend de ce que j’écoute. Quand c’est du classique, par exemple dans mon auto où j’écoute tout le temps le Requiem de Mozart, ce n’est pas pareil. J’aime le crescendo, la construction des pièces classiques.»    


J’aimerais que tu me parles de Clara Luciani...  

«J’adore.»    

... dont tu as choisi La grenade et son message féministe très fort.  

«J’ai découvert cette femme l’automne dernier et je suis tombée en amour avec tout. J’ai beaucoup écouté son album Sainte-Victoire. Au début, La grenade, je n’avais pas saisi le message. Ce n’est pas tout de suite une évidence. Je trouvais le beat bon et juste avant que le refrain arrive, c’est malade. En la réécoutant, j’ai compris. Il y a un côté old school dans son rock, c’est pop en même temps, son style, j’adore tout. Je suis fan.»    

 


De la pop de France, tu as aussi mis Angèle.  

«Ce sont des filles qui sont de ma génération. C’est fini la pop aguicheuse pour être aguicheuse. Elles ont un message et elles l’assument. Angèle flirte aussi avec le rap. Les gens sont prêts pour ce genre de discours. Ça m’inspire énormément. Ça me fait réfléchir à ce que j’écris, ça me dit que je peux pousser encore plus. Mes messages peuvent être encore plus clairs.»    

 


J’ai bien aimé que tu places les Black Pumas. J’ai aimé l’album et la chanson Black Moon Rising, c’est de la soul par intraveineuse.  

«Cette chanson, je l’ai shazamée. Je l’avais entendue quelque part, je ne me souviens plus où et je suis tombée sur le cul. C’est tellement bon que je ne sais pas quoi dire. Ça m’a accroché en trente secondes et je me suis mis à écouter l’album à répétition. C’est mon feel-good album.»    

 


À noter aussi que tu as inscrit trois de tes chansons, si on compte aussi ta collaboration avec Poirier.  

«Écoute, why not? Rien n’est impossible est une chanson qu’on a fait au camp SOCAN à l’hiver 2019. On l’a sortie, elle roule bien. On sentait qu’elle était chouette et finalement, les gens l’aiment beaucoup. J’ai aussi Ma peau, qu’on a envoyée aux radios cet hiver. C’est une de mes chansons préférées sur mon album, j’y parle de l’acceptation de soi.»    

 


J’avais adoré House of Balloons, le premier album de The Weeknd, et après j’ai décroché. Mais là, avec After Hours, c’est comme s’il renaissait pour moi. Ça éclate de partout. Fini, The Weeknd taciturne.  

«100 % d’accord. Je me souviens quand je suis arrivé à Montréal et que j’écoutais House of Balloons. Je me disais : mais c’est qui cet extra-terrestre? Tout était nébuleux. Après, j’ai pas tant aimé. Les collaborations devenaient redondantes, les styles aussi. Mais le nouveau là... Il y a le rythme des années 80, un côté Michael Jackson qui est bien fait. Je ne sens pas que c’est de la copie. Il y a un chien que j’adore. Je pense que j’ai écouté Blinding Lights cinquante fois. Je la mets sur repeat en faisant mes commissions.»    

 


Dirais-tu que Souldia, dont tu as sélectionné deux chansons, est le gars qui n’est pas reconnu à sa juste valeur dans le rap québécois?  

«Tu as tout à fait raison. Je pense que son passé a freiné certains médias mais ça s’en vient. Son association avec 7ième Ciel va être une très bonne chose dans sa carrière. En fait, ça va être son année. Il va avoir cette reconnaissance qui lui manque.»    


Crois-tu que le rap québécois a atteint son plein potentiel ou il peut aller encore plus loin?  

«Là, il y a une belle scène. Elle se mélange de plus en plus. On voit un peu moins toujours les mêmes. Le rap queb, comme ils disent, commence à avoir une forme intéressante. Il y a beaucoup de choses à faire encore. Comment on fait la musique, comment on la sort, comment on la crée, comment on la diffuse. Ça peut être plus créatif. Ce sera notre défi. Les rappeurs ne sont pas encore au même niveau que les artistes pop québécois.»    


Oui mais la base de fans est étonnante. Souldia, par exemple, fait d’excellents chiffres sur les réseaux sociaux, meilleurs que ceux de la plupart des artistes pop.  

«C’est là où je m’en allais. Le public est solide comme il ne l’a jamais été. À un moment donné, il va falloir que les radios... Je ne peux pas croire qu’à part Loud, dont les chansons sont très pop, ils ne jouent rien d’autres. Souldia, moi, FouKi, on a des chansons hyper pop. Jouez, jouez, du rap. Ça me sidère. Moi, je suis très contente parce que Rouge FM a commencé à jouer Ma peau. FouKi vient de sortir une chanson avec Alicia Moffet et j’espère que ça va rentrer à la radio.»    


Je t’amène sur un terrain glissant mais as-tu l’impression que le rap au Québec, quand il marche, c’est parce qu’il est blanc?  

«(Silence) Écoute, je te dirais que l’image est importante, elle joue un rôle. Il y a une certaine image du rap que certains médias veulent mettre en avant. C’est un problème. Je ne pense pas ce que tout le monde est traité de façon égale. Je me fais souvent poser cette question, et je me demande si on la pose aux rappeurs blancs. Je pense qu’ils seraient aussi bien placés pour répondre étant donné qu’ils vivent cette exposition.»    

La liste de Sarahmée   

  • Roxanne, Arizona Zervas  
  • The Box, Roddy Ricch  
  • Blanco, J Balvin  
  • La grenade, Clara Luciani  
  • South of the Border, Ed Sheeran, avec Camila Cabello et Cardi B  
  • À zéro, MB  
  • Le malin, Sarahmée  
  • Jamais de la vie, Loud  
  • Barillet, Souldia  
  • Blinding Lights, The Weeknd  
  • Know Your Worth, Khalid & Disclosure, avec Davido & Tems  
  • Get Me, Justin Bieber, avec Kehlani  
  • Amadit, KNLO  
  • Dilemme, Lous and the Yakuza  
  • Perdus, Angèle  
  • Rien n’est impossible, Poirier, avec Sarahmée et FXLR  
  • Black Moon Rising, Black Pumas  
  • Noir, Yseult  
  • Ce soir, Doums, avec Nekfeu et Naë  
  • Water, Lizzo  
  • Nouveau soleil, Souldia, avec FouKi et Eman  
  • Céline, Alaclair Ensemble  
  • Ma peau, Sarahmée  
  • Périmètre, MB  
  • Papillon, FouKi