/opinion/columnists
Navigation

Les élections avant la santé

Coup d'oeil sur cet article

Au lieu de susciter un sentiment général de solidarité, comme dans la plupart des pays du monde, la pandémie a exacerbé les divisions profondes entre Américains. 

Le nombre de cas de COVID-19 est stable aux États-Unis. Pourtant, de nombreux États américains ont décidé de commencer à déconfiner leur population. Ces États ne suivent pas une logique médicale. Leur logique est politique et économique. À moins que l’épidémie finisse par s’évanouir d’elle-même au cours des prochaines semaines, ces États font courir un risque à l’ensemble du pays. Il faut dire que plusieurs gouvernements à travers le monde ont aussi décidé de mettre de côté la logique médicale.

1. Pourquoi la COVID-19 augmente-t-elle les divisions entre Américains ?

Pour une partie des Américains, la liberté individuelle l’emporte sur tous les autres droits. Cette vision erronée des droits est bien visible sur les plaques d’immatriculation du New Hampshire : Live free or die (vivez libre ou mourez). Au Michigan, des manifestants, armés et cagoulés, sont entrés dans le parlement de l’État pour protester contre l’extension possible des mesures de confinement. Ces anarchistes qui s’ignorent placent leur liberté individuelle au-dessus des intérêts de l’ensemble de la population. Même chose pour les Américains qui ont décidé de s’agglutiner sur les plages en dépit des interdictions. Malheureusement aussi, une partie des travailleurs est trop pauvre pour demeurer confinée.

2. Quel est le portrait de la maladie aux États-Unis ?

Les États américains ont pour la plupart atteint un plateau dans le nombre de nouveaux cas de COVID-19. Quelques États sont encore en croissance, comme l’Arizona, la Virginie ou la Pennsylvanie. Certains sont en décroissance, comme le Vermont. Mais comme le dit, Anthony Fauci, le directeur de l’Institut national sur les allergies et les maladies infectieuses, avant de commencer à procéder au déconfinement d’une population, il faut que le nombre de nouveaux cas soit demeuré sur un plateau ou ait décliné depuis 14 jours. Tel n’est pas encore le cas pour la plupart des États américains.

3. Que recherchent les États qui déconfinent leur population ?

Au moins une dizaine d’États ont décidé de déconfiner leur population. Parmi eux se trouvent le Texas, l’Ohio et la Georgie. Aucun des trois ne respecte la règle du plateau ou du déclin du nombre de nouveaux cas depuis 14 jours. Ces États ne veulent plus supporter les coûts de la pandémie. Ils ont donc décidé de sacrifier une partie de leur population. Il est aussi remarquable que ces États soient dirigés par des républicains.

4. Quelle est la logique des élus ?

Le problème pour ces élus est que les élections de novembre arrivent vite. Si les taux de chômage demeurent élevés et que l’économie tarde à reprendre, alors leurs chances d’être réélus seront très faibles. Entre les peines qu’un déconfinement trop rapide causera aux familles de ceux et celles qui décéderont prématurément et les souffrances des électeurs qui auront perdu leur emploi si l’économie ne redémarre pas, plusieurs dirigeants républicains n’hésitent pas une seconde. Ils choisissent l’économie et leur réélection.

5. À quoi faut-il s’attendre pour l’élection présidentielle ?

Les taux de satisfaction à l’égard de Donald Trump sont encore relativement élevés, autour de 44 %. Des sondages donnent Joe Biden gagnant à 48 % contre 42 % pour Trump. La gestion de la crise du coronavirus fait mal à Trump. Mais Biden projette l’image d’un vieillard cacochyme. Beaucoup dépendra de la personne qu’il choisira comme colistière à la vice-présidence.