/finance
Navigation

Commerce: 3000$ de plexiglas

Coup d'oeil sur cet article

3000$ de plexiglas  

Le propriétaire d’un commerce de Sherbrooke spécialisé dans les articles de sports est heureux de pouvoir enfin ouvrir les portes de son magasin, qui n’avait jamais fermé en 29 ans.   

«C’est un énorme soulagement», soupire Michel Poisson de Momo Sports, qui a estimé avoir perdu 85% de ses ventes depuis la fermeture de son établissement le 16 mars dernier.   

  

Alex Drouin

  

Afin de s’assurer que son magasin continue de rouler et de répondre aux nombreuses commandes en ligne, le propriétaire ne s’est permis qu’une seule journée de congé depuis que le Québec a été mis sur pause, soit depuis un peu plus d’une quarantaine de jours.   

«On a dépensé près de 3000$ en plexiglas afin d’être prêt pour l’ouverture lundi», ajoute-t-il.   

  

Alex Drouin

  

M. Poisson croit que les affaires reprendront rapidement puisque la population va possiblement investir dans de l’équipement de plein plutôt que de payer des voyages.   

-Alex Drouin, Collaboration spéciale  

Livraison de crème glacée   

Une crèmerie de Boisbriand a tout mis en place pour éviter la propagation de la COVID-19 lors des journées de chaleur.  

«Toutes les commandes se font en ligne sur notre site internet et les paiements aussi», explique Robert Desrosiers. C'est sa fille Jessica Desrosiers qui a organisé les mesures qui leur permettent d'ouvrir en sécurité. L'objectif de Mme Desrosiers était de pouvoir ouvrir dès les premières chaleurs, ce qu'ils ont déjà fait depuis une semaine.    

  

Stéphane Sinclair

  

Les clients peuvent se faire livrer à la maison ou venir chercher leur commande à l'extérieur du commerce.   

  

Stéphane Sinclair

  

«On ne laisse personne entrer et on ne veut pas de ligne d'attente devant le commerce. Sinon, par beau temps, tu imagines la longueur de la ligne d'attente que cela ferait pour respecter le 2 mètres de distanciation?», lance l'homme. En après-midi, ils avaient déjà effectué une vingtaine de livraisons et quelques familles attendaient patiemment dans leur voiture pour recevoir leur commande.    

-Stéphane Sinclair, collaboration spéciale  

Laver, laver l’auto   

Les employés d'un garage des Basses-Laurentides prennent les grands moyens pour ne pas transmettre la COVID-19 d'un véhicule à l'autre.   

«On utilise des gants qu'on jette avant de passer à un autre véhicule et on utilise des masques. On s'assure de ne pas attraper le virus et de ne pas le transmettre», explique Jean-Philippe Prévost, 29 ans. Ils vont aussi passer un linge désinfectant sur le siège du conducteur après s’être assis dessus.   

  

Stéphane Sinclair

  

M. Prévost est copropriétaire depuis décembre dernier du Centre de mécanique Boisbriand avec Guillaume Landry-Melançon, 34 ans.   

Les deux entrepreneurs ont pris plusieurs autres initiatives afin de protéger les clients et leurs employés. «On ne fonctionne que sur rendez-vous, et il ne peut y avoir plus de quatre personnes à la fois, et nous avons assez d'espace. On demande aux gens de nous laisser leur véhicule, c'est plus sécuritaire ainsi», dit-il.    

  

Stéphane Sinclair

  

-Stéphane Sinclair, collaboration spéciale   

Deux personnes à la fois seulement   

Une propriétaire de commerce de couture est bien heureuse de pouvoir rouvrir son commerce aujourd'hui.   

«Je suis contente. C'est difficile financièrement. L'important, c'est de prendre de bonnes mesures d'hygiène et de garder nos distances», explique Sun Hien, propriétaire du commerce Couture Éclair, situé à Boisbriand.   

  

Stéphane Sinclair

  

Mme Hien a passé sa journée de dimanche à tout nettoyer et à mettre en place l'espace nécessaire pour assurer la sécurité des clients.   

«On a des masques et du Purel. On ne laisse pas entrer plus de 2 personnes à la fois», explique-t-elle.   

Bien qu'elles soient deux couturières à y travailler, seule Mme Hien retourne au travail lundi puisqu'il n'y aura pas assez de clients.   

-Stéphane Sinclair, collaboration spéciale