/weekend
Navigation

Frissons garantis: Le poids des morts

FRANCE-LITERATURE-SPAIN-PORTRAIT
Photo AFP L'écrivain Víctor del Árbol.

Coup d'oeil sur cet article

Un roman noir qui vaut son pesant d’or, car il nous permet de découvrir les tout premiers pas de l’écrivain espagnol Víctor del Árbol.

C’est avec ce roman rédigé en 2006 que Víctor del Árbol, qui est aujourd’hui l’un des romanciers espagnols les plus primés, a entamé sa carrière d’écrivain. À l’époque, il travaillait encore dans les forces de police de la Catalogne et, de ce fait, il a probablement été amené régulièrement à voir le pire de la nature humaine. Du coup, l’histoire racontée dans ce premier roman est terriblement noire. Non seulement parce qu’elle est profondément marquée par la guerre civile et les horreurs de la dictature franquiste, mais parce qu’elle met en scène une femme qui aurait vraiment eu intérêt à oublier une fois pour toutes son funeste passé.

<strong><em>Le poids des morts</em><br>Víctor del Árbol</strong><br>Aux Éditions Actes Sud<br>294 pages
Photo courtoisie
Le poids des morts
Víctor del Árbol

Aux Éditions Actes Sud
294 pages

Quelques pages d’histoire

À l’automne 1975, il est clair que le général Franco n’en a plus pour très longtemps. Aux yeux de Lucía de Dios, il ne saurait donc y avoir meilleur moment pour remettre les pieds en Espagne. Après deux décennies d’exil, elle retournera donc à Barcelone dans l’espoir de pouvoir parler à un vieil homme qui, sans que personne ne sache pourquoi, est enfermé depuis 30 ans dans l’un des pavillons psychiatriques de la ville. Avec un peu de chance, il pourrait en effet s’agir de Nahúm Márquez, le seul homme à avoir jadis tenté d’aider Lucía. Mais si Márquez est toujours vivant, tout permet de croire qu’El Moro, le sadique inspecteur de police qui lui a si longtemps pourri la vie, l’est aussi... 

Un récit gigogne qui mêle habilement passé et présent pour nous tenir en haleine jusqu’au bout. 

D’autres thrillers signés Víctor del Árbol 

La veille de presque tout

Aux Éditions Actes Sud, 320 pages.
Photo courtoisie
Aux Éditions Actes Sud, 320 pages.

Couronné par le prix Nadal, un livre dans lequel on croisera notamment Germinal Ibarra, un flic qui se reproche toujours de ne pas avoir su capturer à temps un pédophile meurtrier.  

La tristesse du samouraï

Aux Éditions Babel Noir, 480 pages.
Photo courtoisie
Aux Éditions Babel Noir, 480 pages.

Víctor del Árbol s’est vraiment fait connaître avec ce second roman, qui n’a pas tardé à remporter le prix du Polar européen. 

Toutes les vagues de l’océan

Aux Éditions Babel Noir, 688 pages.
Photo courtoisie
Aux Éditions Babel Noir, 688 pages.

Ici, on verra un homme du nom de Gonzalo Gil enquêter sur sa propre famille. Une intrigue parfaitement ficelée qui a reçu le Grand prix de littérature policière 2015 et le prix SNCF du polar 2018. 

La maison des chagrins

Aux Éditions Babel Noir, 480 pages.
Photo courtoisie
Aux Éditions Babel Noir, 480 pages.

Un autre roman particulièrement noir, qui raconte l’histoire d’un peintre chargé de faire le portrait d’un homme ayant tué le fils d’une célèbre violoniste. 

Par-delà la pluie

Aux Éditions Actes Sud, 448 pages.
Photo courtoisie
Aux Éditions Actes Sud, 448 pages.

Paru l’an dernier, un road trip dans lequel deux septuagénaires seront prêts à rouler jusqu’en Suède pour retrouver leurs enfants et petits-enfants.