/sports/hockey
Navigation

Jonathan Marchessault prêt à faire des sacrifices

L'attaquant des Golden Knights Jonathan Marchessault
Photo d'archives, AFP L'attaquant des Golden Knights Jonathan Marchessault

Coup d'oeil sur cet article

La pause abrupte de la saison de la Ligue nationale de hockey (LNH) est arrivée à un bien mauvais moment pour les Golden Knights de Vegas, qui connaissaient de bons moments depuis environ un mois.

Pour cette raison, l’attaquant québécois Jonathan Marchessault aimerait particulièrement que la ligue trouve une façon de redémarrer cette campagne stoppée par la pandémie mondiale de coronavirus.

«Ce serait assez juste pour toutes les équipes qui se battent pour être en séries (...) il faut la continuer, tu joues pour gagner, pour l'opportunité de faire les séries», a-t-il affirmé, lundi, en entrevue à l'émission «Dave Morissette en direct» de la chaîne TVA Sports.

«Mon équipe, en particulier, on a travaillé fort pour être dans une situation comme ça et ce serait le "fun" de pouvoir continuer», a-t-il ajouté.

L’une des solutions de la LNH pourrait être de compléter la saison dans un contexte où toutes les équipes seraient réunies dans quatre ou cinq villes. Pour plusieurs joueurs, cette solution n’est pas optimale parce qu’elle entraîne une séparation prolongée de leur famille. Marchessault n’est pas en amour avec l’idée lui non plus, mais il apparaît prêt à faire ce sacrifice.

«Veut, veut pas, c'est peut-être quelque chose comme ça qui va arriver, c'est la réalité dans laquelle on vit en ce moment et ce sont des adaptations qu'on devra faire», a-t-il admis.

«J'ai des enfants qui grandissent, ce n'est pas le "fun" d'y penser, mais ce sont des sacrifices qu'on va devoir faire, a ajouté le joueur de 29 ans. Je joue au hockey depuis que je suis jeune pour gagner une Coupe Stanley. Si les opportunités se présentent, je vais tout faire pour mettre les chances de mon côté.»

Marchessault, qui avait obtenu 47 points en 66 matchs avant la pause, indique que les joueurs des Knights restent en contact durant cet arrêt puisque plusieurs d’entre eux habitent dans le même secteur.

«On a des mises à jour régulièrement (...) notre équipe, on est tous sur la même longueur d'onde et on veut poursuivre la saison et continuer à jouer au hockey», a-t-il indiqué.

Surpris par DeBoer

Marchessault semblait réellement avoir le cœur brisé lorsque les Golden Knights ont congédié l’entraîneur Gerard Gallant, l’hiver dernier. Gallant a fait beaucoup pour la carrière du Québécois dans la LNH et ce dernier l’avait, et l’a toujours en haute estime.

«Perdre Gerard, ça a fait mal (...) il me donnait de la confiance, a-t-il indiqué. La dernière année n'a pas été ma plus facile, mais il continuait de nous envoyer, moi et (William) Karlsson même si on avait un peu plus de misère. C'était dommage de le voir partir.»

Toutefois, Marchessault a vite su apprécier l’apport de celui qui a remplacé Gallant, Peter DeBoer.

«On a tous embarqué dans son bateau et il m'a agréablement surpris, à quel point c'est un bon entraîneur, a-t-il admis. Il croit en quelque chose et je pense que notre équipe est devenue meilleure, on était peut-être devenus trop "boys club" avec Gerard. Pete nous a gardés humbles et on jouait de l'excellent hockey.»