/entertainment/tv
Navigation

Katherine Levac: pour l’amour du point-virgule

Katherine Levac joue les professeurs de français dans l'émission «Les suppléants», à Télé-Québec, qui s'adresse aux élèves du secondaire.
PHOTO COURTOISIE, Télé-Québec Katherine Levac joue les professeurs de français dans l'émission «Les suppléants», à Télé-Québec, qui s'adresse aux élèves du secondaire.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Avant de devenir humoriste, Katherine Levac a étudié à l’université pour devenir professeure. La vie l’a ensuite menée à l’École nationale de l’humour, à la scène et à SNL Québec et Like-moi, mais l’humoriste renoue aujourd’hui avec ses premiers amours. À son plus grand bonheur. 

Il faut voir Katherine s’épancher avec effusion sur les propriétés du point-virgule dans une vidéo des Suppléants devenue virale sur le web la semaine dernière. La jeune femme, devenue temporairement enseignante de français dans l’émission éducative pour adolescents de Télé-Québec, prend visiblement son pied à allier comédie et pédagogie le temps de courtes capsules visant à dérider et outiller les jeunes du secondaire pendant le confinement. 

«Je trouve qu’être humoriste n’est pas si loin du métier de professeur, confie Katherine Levac en entrevue. On est devant une foule d’individus qui ont tous une vie et un passé différents. Il faut les toucher, leur faire comprendre des choses, leur transmettre des idées, les interpeller, les divertir. Je pense que les profs font un spectacle, dans un sens. Je trouve que ça se ressemble beaucoup comme travail.» 

«Je serais tannée»

De mémoire, Katherine Levac affirme que le français était sa matière préférée lorsqu’elle était écolière. Voilà pourquoi elle s’est éclatée à délirer autour du point-virgule, des anglicismes syntaxiques, de l’orthographe rectifiée et du processus d’écriture pour «Les suppléants». 

Deux de ses mises en scène ont été diffusées à la télévision et peuvent être revues sur le site Internet du projet Télé-Québec en classe. Les autres seront dévoilées incessamment. 

«J’ai une belle relation avec les jeunes, avance Katherine Levac. Ils nous écrivent sur Instagram, ils sont beaucoup sur les réseaux sociaux. En ce moment, ils sont avec leur famille en confinement. En tant qu’adultes, on peut choisir avec qui on veut être, pendant cette période ; eux doivent demeurer avec leurs frères, leurs sœurs et leurs parents. J’avoue que si j’avais 14 ans, après un mois avec ma famille, je serais peut-être tannée! J’étais donc contente de pouvoir les divertir un peu.» 

Spectacles reportés

Katherine Levac était au cœur de la dernière année de sa tournée Velours lorsque le confinement a été décrété, il y a presque deux mois. Elle se préparait à amorcer une série de prestations dans les festivals cet été, et avait commencé à «pré-roder» du matériel dans les bars en vue de son prochain spectacle. 

Évidemment, ses plans ont changé en raison des événements, mais l’artiste ne se dit pas particulièrement inquiète pour les mois à venir. Et ce, même si elle reconnaît être déçue de ne pouvoir se produire à Zoofest et autres rassemblements – maintenant annulés – cet été. 

«Mes spectacles sont reportés, et on dirait que je me sens privilégiée, comparativement à d’autres collègues dans les domaines du théâtre ou de la musique, dont les projets sont simplement annulés. Je me trouve bien chanceuse. Et je vois la solidarité des gens ; ils ne demandent pas de remboursements pour les "shows", ils conservent leurs billets. Ils ont hâte de voir les spectacles, même si c’est reporté.» 

Les suppléants, du lundi au vendredi, 15 h 30, à Télé-Québec. Pour tout savoir sur le projet Télé-Québec en classe, on visite le enclasse.telequebec.tv.