/news/provincial
Navigation

Labeaume annonce un gel de taxes pour tous en 2021

Malgré la crise qui plombe les finances de la Ville, le maire exclut toute hausse

Regis Labeaume
Photo Simon Clark Le maire de Québec, Régis Labeaume, a dévoilé dans un premier temps, lundi, des surplus de 36,3 M$ pour l’année financière 2019. Il a ensuite relativisé cette bonne nouvelle en prédisant un déficit qui pourrait atteindre 215 M$ pour 2020-2021.

Coup d'oeil sur cet article

La crise sanitaire pourrait causer un trou de 215 M$ dans les finances de la Ville de Québec en 2020 et 2021. Pas question, cependant, d’augmenter les taxes pour compenser la perte. Régis Labeaume promet déjà un gel pour 2021.  

• À lire aussi: Ville de Québec: un surplus de 36,3 M$ en 2019 qui aidera à affronter la pandémie   

• À lire aussi: Labeaume veut la réouverture des bibliothèques municipales  

Les répercussions de la pandémie seront « très importantes », a-t-il prévenu lundi lors d’un point de presse, avant la séance du conseil municipal.  

Les revenus du RTC ont notamment fondu comme neige au soleil en raison d’une baisse d’achalandage de 85 % en avril.  

Les projections, d’ici décembre, ne sont guère mieux. On anticipe une réduction du nombre de passages de 50 %.  

Le ralentissement du marché immobilier affectera aussi les ajouts au rôle d’évaluation et les droits de mutation. Les revenus de stationnement sont également en baisse.  

Soucieux de rassurer ceux qui craignaient que la Ville en profite pour piger davantage dans la poche des citoyens, le maire dit vouloir « être très clair avec la population » et confirme dès maintenant que tous les comptes de taxes seront gelés l’an prochain.  

Compressions à venir  

D’ici la fin de l’année, la Ville sera en mode « compressions », mais les services aux citoyens devraient être épargnés.  

« On va y aller de façon chirurgicale [...]On va aller en chercher un peu partout. »  

La Ville espère aussi que les gouvernements supérieurs renfloueront les coffres du RTC. Quant au projet de tramway, il réitère que l’investissement public de 3,3 G$ est une « véritable bénédiction » pour relancer l’économie alors que l’investissement privé « se contracte ».  

Pour 2021, le défi budgétaire sera de taille puisque la Ville anticipe un manque à gagner de 115 M$. Or, la loi interdit aux villes de planifier un déficit. La Ville misera entre autres sur ses surplus non affectés et sa « réserve », qui totalisent 84 M$. Lundi, elle a annoncé un surplus de 36,3 M$ pour l’année financière 2019, ce qui lui permettra d’être bien outillée pour « rebondir ».  

La dette a baissé moins vite que prévu en 2019 (- 7,9 M$) et se situe désormais à 1 572,9 M$. Mais à ce chapitre, la Ville de Québec se compare avantageusement aux autres grandes villes, a insisté le maire, se targuant par ailleurs d’avoir augmenté les taxes résidentielles et commerciales moins vite qu’ailleurs, depuis 2008.  

« La gestion rigoureuse des dernières années et nos surplus nous aideront grandement à faire face à la situation », a-t-il dit.  

Réactions de l’opposition  

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, a d’abord jugé que l’annonce d’un gel de taxes en 2021 était « précipitée et prématurée » dans le contexte actuel, avant de se rallier. « Tant mieux s’il est capable de réaliser sa promesse. On ne demande que ça. »  

Le conseiller Jean Rousseau a pour sa part parlé d’une annonce « audacieuse ».   

Manque à gagner anticipé à Québec  

Année financière 2020 :   

  • Perte de 40 M$ à 65 M$ pour la Ville de Québec  
  • Perte de 25 M$ à 35 M$ pour le RTC    

Sous-total : de 65 M$ à 100 M$  


Année financière 2021 :   

  • Perte de 100 M$ pour la Ville de Québec  
  • Perte de 15 M$ pour le RTC    

Sous-total : 115 M$  


Total pour 2020–2021 : Entre 180 M$ et 215 M$  

Source : Ville de Québec