/opinion/blogs/columnists
Navigation

Où t’es? Papa où t’es?

Coup d'oeil sur cet article

Alors que François Legault a agi en bon père de famille durant la crise de la COVID-19, ce n’est pas le temps qu’il aille se chercher une pinte de lait au dépanneur et qu’il ne revienne plus.

Dorénavant, il n’y aura plus que trois points de presse par semaine en lien avec la COVID-19. Avec l’annonce des nouvelles mesures de déconfinement, ce n’est pas le moment de nous laisser tomber et qu’on se mette à chanter « Où t’es ? Papa où t’es ? ».

Dans cette crise, nous sommes un peu des ados. Nous avons besoin de liberté, mais aussi de balises et de règles à ne pas transgresser.

La confusion et le relâchement nous guettent. Je doute que nous soyons prêts à nous passer de ce rendez-vous sécurisant. Plus que jamais, nous avons besoin de guidance.

Conseil de famille

Les nouvelles consignes de déconfinement suscitent beaucoup de questions et c’est comme si le premier ministre voulait les esquiver.

Ce qui est clair, c’est que si le plan ne se déroule pas comme prévu, on retournera en confinement. Mais qu’en est-il des employés qui devront aller travailler même s’ils habitent avec une personne à risque ? 

Pourquoi rouvre-t-on des régions si seuls les déplacements essentiels y seront permis ? 

Comment se fait-il qu’une secrétaire d’école de 59 ans ne pourra pas voir ses propres petits-enfants, mais pourra côtoyer des centaines d’autres enfants dans le cadre de son travail ?

Tant d’interrogations qui seraient davantage susceptibles de trouver des réponses si le gouvernement continuait d’offrir un point de presse du lundi au vendredi.

J’aime comparer ce moment de la journée à un conseil de famille parce qu’il nous rassure et, plus que jamais, il nous unit.

François Legault est non seulement un chef de parti, mais aussi, dans ces circonstances inédites, un chef de famille. Il a le devoir de continuer à agir en tant quel tel.