/news/currentevents
Navigation

COVID-19: il boit du Purell devant les policiers

Coup d'oeil sur cet article

Les «covidiots» en font voir de toutes les couleurs aux policiers de Sherbrooke, où un «champion» a ingurgité du désinfectant Purell sous les yeux de patrouilleurs qui venaient mettre fin à un party, dimanche matin.   

Les policiers se sont présentés à 6h30 dans un logement de la rue Quatre-Saisons à la suite d'un appel de dénonciation logé par un voisin pour rassemblement illégal.  

«Il y avait cinq personnes et plusieurs bouteilles d'alcool un peu partout à l'intérieur, ce qui laissait croire que le party ne venait pas juste de commencer. Quatre d'entre eux ont collaboré, sauf l'accusé, qui était fortement intoxiqué», a relaté l'agent Samuel Ducharme, porte-parole de la police sherbrookoise.  

L'homme de 30 ans a alors vidé une partie du contenu d'une bouteille de Purell dans sa bouche devant les patrouilleurs, en plus de s’en asperger sur le corps.  

Ses compagnons ont ensuite dit qu'il avait déjà consommé du désinfectant pour les mains à plusieurs reprises au cours de la soirée, comme si ce produit pouvait l'immuniser contre la COVID-19.  

Les policiers lui ont offert de le conduire à l'hôpital pour voir un médecin, compte tenu de la quantité de Purell qu'il avait ingérée. Mais il est devenu très agressif, et les policiers n'ont eu d'autre choix que de l'appréhender en lui passant les menottes.  

Le fêtard a été amené de force à l'hôpital, et c'est aux soins intensifs qu'il a dégrisé après avoir reçu des traitements. Il se trouvait toujours hospitalisé lundi matin, mais était hors de danger.  

Lui et ses quatre amis ont chacun écopé d'un constat d'infraction pour attroupement interdit en vertu de la Loi sur la santé publique, assorti de l'amende minimale de 1000$ à laquelle s'ajoutent des frais administratifs et une contribution à l'État totalisant 546$.  

700 contraventions au Québec  

La fin de semaine précédente, les policiers de Sherbrooke avaient décerné des contraventions au même montant pour non-respect de la règle de distanciation sociale – deux mètres – à quatre hommes âgés de 70 ans et plus qui furent surpris en pleins ébats sexuels dans un boisé du parc Jeffrey-Gingras.  

Dans l'ensemble du Québec, environ 700 constats d'infraction liés à la crise sanitaire ont été distribués la semaine dernière, selon une compilation menée par Le Journal auprès d'une dizaine de corps policiers.  

À Montréal, le SPVM a donné 208 contraventions, portant son total à 2049 depuis le début de la pandémie.  

La Sûreté du Québec en a aussi décerné 208, pour un total de 1749 depuis la mi-mars.  

Toutefois, il s'agissait d'une deuxième diminution consécutive en autant de semaines pour les deux plus grosses organisations policières de la province.  

Le Service de police de Laval a cependant sanctionné 94 récalcitrants aux consignes du gouvernement Legault la semaine dernière, en hausse par rapport à la précédente.   

À Terrebonne, où les policiers ont émis 78 constats d'infraction liés au non-respect des mesures de santé publique, 31 de ces contraventions ont jusqu'à maintenant été remises à des gens qui voulaient magasiner dans des magasins à grande surface tels Costco et Walmart, sans toutefois être des résidents de la MRC Les Moulins ni de la MRC de L'Assomption.   

Le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, avait annoncé cette directive le 6 avril dernier pour y réduire les files d'attente et inciter les clients à «toujours utiliser les commerces à proximité de [leur] domicile».   

Ces restrictions sont toujours en vigueur, a réitéré la police de Terrebonne lundi.