/news/society
Navigation

COVID-19: jusqu’à 400 détenus relâchés au Québec

Prison de Bordeaux, le 8 décembre 2018
Photo d'archives PIerre-Paul Poulin Prison de Bordeaux, le 8 décembre 2018

Coup d'oeil sur cet article

Jusqu’à 400 détenus seront relâchés plus tôt que prévu afin d’éviter une propagation plus importante de la COVID-19 dans les centres de détention québécois.  

• À lire aussi: Prison de Québec: augmentation des cas de surdose   

• À lire aussi: COVID-19: 112 nouveaux décès; enseignants et éducatrices de moins de 70 ans pourront travailler  

• À lire aussi: Pandémie de COVID-19: 760 militaires déployés au Québec, d'autres à venir  

Selon les précisions obtenues par notre Bureau parlementaire, le nombre de détenus qui obtiendront une permission de sortie pourrait varier selon les évaluations effectuées par les médecins.     

Seules les personnes incarcérées âgées de 65 ans et plus ayant moins de 30 jours à purger seront relâchées si leur condition médicale le permet.     

ÉCOUTEZ la chronique judiciaire de Félix Séguin à QUB radio: 

«Aucun détenu ayant commis un crime violent ne pourra sortir», a assuré la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.     

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

À la prison de Bordeaux, à Montréal, au moins 34 détenus ont été déclarés positifs à la COVID-19.     

Les nouvelles mesures annoncées mercredi par la ministre Guilbault ont pour but de protéger les agents correctionnels et les détenus.     

De la même façon, en Ontario, environ 2000 prisonniers ont été relâchés au début avril, en raison de la pandémie.