/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: les 60 à 69 ans pourront travailler

Le gouvernement fait volte-face alors que les besoins sont grands dans les écoles et les garderies

Coup d'oeil sur cet article

Nouveau changement de cap : les enseignants et éducatrices en garderies âgés de 60 à 69 ans pourront retourner au boulot, même s’il leur est toujours déconseillé de garder leurs propres petits-enfants à la maison.  

• À lire aussi: Pandémie de COVID-19: 760 militaires ont été déployés dans 13 CHSLD du Québec  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie  

La vice-première ministre, Geneviève Guilbault, était notamment accompagnée du directeur national de santé publique, le D<sup>r</sup> Horacio Arruda, mercredi, lors du point de presse du gouvernement du Québec.
Photo Jean-Francois Desgagnés
La vice-première ministre, Geneviève Guilbault, était notamment accompagnée du directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, mercredi, lors du point de presse du gouvernement du Québec.
  • Écoutez l'entrevue de l'épidémiologiste Nima Machouf avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

« La santé publique a établi le facteur de risque à 70 ans, et non à 60 ans », a déclaré la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, mercredi.         

Le risque de complications liées à la COVID-19 est plus élevé à partir de 70 ans, a-t-elle expliqué.   

« Donc, en bas de 70 ans, les gens peuvent retourner travailler, sans risque important pour la santé, à condition bien sûr de respecter les consignes de la santé publique, notamment les consignes de distanciation, d’hygiène », a dit Mme Guilbault, qui remplaçait François Legault.   

« Donc, ce sera possible pour les éducateurs et les professeurs, les enseignants âgés entre 60 et 69 ans de reprendre le travail dès la semaine prochaine », a-t-elle ajouté. La mesure s’applique également à l’ensemble des travailleurs.   

Photo Jean-François Desgagnés

Pénurie de personnel  

Il faut dire que la décision de Québec de rouvrir les écoles et les services de garde se heurte à une pénurie de personnel.   

Il y a quelques jours, la Fédération des directions d’établissement d’enseignement affirmait que 20 % des enseignants pourraient être absents en raison de leur âge ou parce que leur condition de santé les rend vulnérables à des complications.   

Pour les mêmes raisons, la FIPEQ-CSQ évalue que 3900 responsables de garderies en milieu familial ne rouvriront pas le 11 mai.   

Le ministre la Famille a d’ailleurs lancé un message aux parents mercredi. « Si vous pouvez garder vos enfants à la maison, faites-le, parce qu’on va manquer de places », dit Mathieu Lacombe.   

Photo Jean-François Desgagnés

Nouvelle directive  

La déclaration de la ministre Guilbault a semé l’émoi chez les syndicats et les partis d’opposition, alors que le gouvernement Legault répète depuis des semaines que les gens de 60 ans et plus sont plus à risque de complications face au coronavirus.   

Lundi, le premier ministre François Legault affirmait encore : « Évidemment, il y a des enseignants qui ont plus de 60 ans, donc on leur demande de ne pas venir à l’école ».   

Dans une lettre aux éducatrices en service de garde, le ministre de la Famille et le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, recommandaient la semaine dernière que les éducatrices « âgées de 60 ans et plus ne retournent pas au travail pour le moment ».              

  • ÉCOUTEZ l'analyse de Vincent Dessureault et de Geneviève Pettersen à QUB radio:   

Contradiction  

De plus, Québec recommande toujours aux grands-parents de ne pas garder leurs petits-enfants à la maison.   

Photo Jean-François Desgagnés

« Les gens vont porter des masques comme tels en garderie, il y aura des mesures de distanciation sociale, et, entendons-nous bien, on parle de personnes qui sont en santé », a déclaré le Dr Arruda pour expliquer cette apparente contradiction.   

En raison de la relation différente avec l’enfant, les grands-parents ne sont pas soumis au « même genre d’exposition », ajoute-t-il.    

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Des réactions      

«Sur quoi se base-t-il, le Dr Arruda, pour avoir fait passer l’âge de 60 à 70 ans ? Ça change, et on ne sait pas pourquoi ! À moins que ce soit parce que les commissions scolaires se rendent compte qu’elles vont manquer de personnel.»  

– Sylvain Mallette, président de la Fédération autonome de l’enseignement  


«Cette nouvelle consigne ébranle la confiance des travailleuses et des travailleurs à un moment charnière du déconfinement, où l’on ne peut pas se permettre de faire décrocher du monde.»  

– Sonia Éthier, présidente de la Centrale des syndicats du Québec  


«Qu’est-ce qui a donc motivé cette soudaine nouvelle orientation ? Est-ce la santé publique seule, et si oui, sur quelles nouvelles données scientifiques par rapport à la semaine dernière?»  

– Véronique Hivon, députée et porte-parole du Parti québécois  


«Ça change tout pour ces personnes. Le gouvernement vient de créer un flou immense pour des milliers de personnes.»  

– Christine Labrie, députée et porte-parole de Québec solidaire 

«Le taux de mortalité chez les 60-69 ans est de 6,5%, alors qu’entre 50 et 59 ans, c’est 1,5%. De toutes évidences, quand je regarde les chiffres, les 60-69 ans sont plus à risque.»  

– Marwah Rizqy, porte-parole libérale
  

À VOIR AUSSI                               

  

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres